Décès de l’alpiniste suisse Ueli Steck sur l’Everest

Connu pour avoir dompté les sommets les plus vertigineux de la planète, l’alpiniste suisse Ueli Steck est mort dimanche 30 avril au matin sur l’Everest, a annoncé la Fédération d’alpinisme du Népal (NMA). « Il semble qu’il ait glissé », a déclaré son président, Ang Tsering Sherpa.

« Machine suisse »

Surnommé la « machine suisse » en raison du rythme élevé qu’il s’impose lors de ses chevauchées, le grimpeur de 40 ans avait plusieurs fois frôlé la mort, comme lors de son ascension en 28 heures de la face sud de l’Annapurna en 2013.

Charpentier de formation, Ueli Steck était né le 4 octobre 1976 à Langnau im Emmental, à l’est de Berne, dans une famille très sportive. À 12 ans, il rejoint le Club alpin suisse et développe une fascination pour le « contact avec la nature et les falaises ». Tout juste majeur, le Suisse pose les jalons de ses futurs records en réalisant l’ascension de la face nord de l’Eiger (3 970 mètres).

Lire l’article

LAISSER UN COMMENTAIRE