Mont blanc pro au banc d’essai

L’hiver a été rude et sec mais nous avions reçu de magnifiques chaussures italiennes, alors il a fallu se creuser la tête pour aller jouer dehors sans trop prendre de risques.

Scarpa ne s’est pas trop exposé aux critiques négatives en nous proposant la Mont blanc pro à tester ! En effet cette galoche est tout simplement une bombe ! Un condensé du savoir-faire italien.

On pensait que les chaussures étaient faites pour martyriser les pieds mais il va falloir chercher d’autres souffrances pour expier vos pêchers.

Concrètement la chaussure bénéficie d’une tige souple dans l’axe de la marche (antéro-postérieur pour les initiés) tout en gardant un maintient judicieux et une protection latérale. La cheville se trouve donc en sécurité mais pas plâtrée. On avait jusqu’alors, réussi l’un ou l’autre mais jamais réuni ces deux atouts qu’on pensait antagonistes. La guêtre intégrée évite une déperdition de chaleur et empêche évidemment la neige de s’inviter sans y être autorisée.

On retrouve le « sock feet », chaussant/chaussette, développé en collaboration avec Ueli Steck, qui donne une incroyable capacité d’ajustement du laçage. Le concept est de retirer toute résistance sur le coup de pied à l’aide d’une languette souple en accordéon. On avait adoré l’astuce sur la gamme Rebel, mais réussir à la marier à une chaussure en cuir est un coup de maitre. Du coup tous les inconvénients disparaissent comme par enchantement !

Jusqu’à présent le cuir offrait la robustesse mais aussi la rigidité et un poids dissuasif. Le synthétique proposait une liberté de mouvement et un allègement significatif mais au détriment de la durée de vie. La mont blanc pro condense les avantages en éliminent les inconvénients.

Le dernier point qui différencie cette chaussure du reste du marché se trouve dans la semelle. Dans le bloc semelle précisément. On avait, jusqu’à maintenant, à choisir entre une chaussure semi rigide pour privilégier la souplesse de la semelle qui libère le déroulé du pied (plus confort pour l’escalade et la marche mais plus fatigant dès qu’on est sur les pointes avant des crampons) où une chaussure rigide plus orientée verticalité mais contraignante à l’horizontale. La réussite se trouve dans le parfait compromis. Ni trop rigide pour les marches d’approches, ni trop souple pour soulager les mollets en pointes avant, le tout avec débord avant et arrière. Ce qui vous permet d’utiliser tous les systèmes de verrouillage de crampons.

Vous l’avez compris, cette chaussure est une réussite. Scarpa continue de nous surprendre et confirme la suprématie Italienne dès qu’il s’agit de chausser vos pieds.