Il ne reste que trois montagnes vierges parmi les 100 plus hautes

Sommet Gangkhar Puensum
Sommet Gangkhar Puensum

Les zones inexplorées de la planète se réduisent de plus en plus. Parmi les 100 plus hautes montagnes du globe, il n’en existe plus que trois dont les sommets sont restés vierges.

Il s’agît du Gangkhar Puensum, du Labuche Kang Est et du Karjiang.
Ces trois montagnes sont toutes situées dans l’Himalaya mais dans des régions différentes. Elles ont des altitudes comprises entre 7221m et 7570m.

Il y a quelques jours, Jost Kobush faisait les gros titres de la presse spécialisée en réalisant en solitaire la première du Nangpai Gosum II (7296m), dans l’Himalaya du Népal. Le jeune alpiniste allemand s’offrait ainsi  la première de la quatrième plus haute montagne encore vierge de la planète.
Cette réalisation pose bien évidemment la question de savoir quels sont les sommets qui reste encore vierge parmi les plus hauts.
Avant de répondre à cette question, il convient de définir ce qu’est un sommet et une antécime car selon cette définition les résultats diffèrent sensiblement.
Si l’on part sur la définition de proéminence supérieure à 500m pour définir un sommet, le Nangpai Gosum ne serait pas sur la liste, ne comptant que 427m de proéminence. Même chose pour le Nangpai Gosum II.
Ensuite, il convient de consulter la célèbre Himalayan Database de Elizabeth Hawley pour trouver l’information. Rappelons que cette base de données sera prochainement en libre accès au grand public.

En partant donc sur la définition de 500m de proéminence, il ne reste que trois montagnes parmi les 100 plus hautes qui n’aient aucunement été gravies. Il s’agit du Gangkhar Puensum (7570m, a la frontière du Bhoutan et de la Chine). Il s’agit de la plus haute et nous lui avons dédié un article récemment. La suivante est le Labuche Kang Est (7250m au Tibet) et enfin le Karjiang (7221m également au Tibet).

Gangkhar Puensum (7.570 m)

En ce qui concerne ce sommet, nous vous renvoyons sur l’article qui lui est dédié et publié récemment

Labuche Kang Est (7.250 m)

Bien que les données sur les altitudes varient, il semble que le Labuche Kang Est ou Labuche Kang III s’établisse aux alentours 7250m, avec une proéminence de 570m. Malgré le fait qu’il s’agisse de la 93ème montagne la plus haute de la planète, il semble qu’il n’y ait eu aucune tentative d’ascension. Ce sommet fait partie du massif du Labuche Kang, situé au Tibet, à l’Est du Shisha Pangma, et dont le sommet principal culmine à 7367m.
Il semble que l’intérêt pour le Lobuche Kang ait éclipsé son sommet Est. En effet ce sommet a été gravi par une expédition sino-japonaise en 1987 par l’arête Ouest. On y note également une tentative de Joe Puryear et David Gottlieb via la face Sud, tentative qui se solda par la mort de Joe Puryear.

Karjiang (7.221 m)

Le sommet principal du massif du Karjiang est situé au Tibet, proche de la frontière avec le Bhoutan. Il culmine à 7221m avec une proéminence de 895m. Cette montagne se place en 99ème position des montagnes les plus hautes du monde. Malgré différentes expéditions parties à sa conquête, aucune n’a réalisé son objectif et dernièrement les autorités chinoises refusent de délivrer des permis, comme ce fût le cas pour Joe Puryear et David Gottlieb en 2010, qui durent finalement se rabattre sur le Labuche Kang, où Puryear perdit la vie.
Deux tentatives ont réellement été menées sur le Karjiang. La première en Septembre 1986 par un groupe de six alpinistes japonais menés par Nobuhiro Shingo via la face Ouest de la montagne. Face aux difficultés rencontrées, il se rabattirent finalement sur la première du sommet central du Karjiand II (7045m)

La seconde tentative date de la saison post mousson de 2001 et est à mettre au compte d’une expédition hollandaise composée de Rudolf van Aken, Pepijn Bink, Court Haegens, Willem Horstmann, Rein-Jan Koolwijk et Haroen Schijf.
Après une étude d’itinéraire via images satellites, il firent une première tentative via la face Nord Est pour se retrouver selon leur récit « face à une paroi de plus 800m de haut avec une inclinaison et des difficultés supérieures à celles du Chacraju au Pérou, et qui paraissait également très dangereuse. »
Il prirent donc la décision de tenter leur chance via la face Ouest et atteignirent 6550m avant qu’une grosse avalanche de plaque ne leur face prendre conscience du danger d’avalanche.

LAISSER UN COMMENTAIRE