Alpinisme dans l’Himalaya – Herzog est bien monté au sommet de l’Annapurna : Enfin la preuve !

Couverture du PARIS MATCH n°74 du 19 août 1950 : Maurice HERZOG brandissant le drapeau français au bout de son piolet, au sommet de l'ANNAPURNA.

«Lachenal et Herzog ont dit qu’ils étaient allés au sommet parce qu’ils y sont allés. ». Ce sont les conclusions de l’enquête que le G.H.M. (Groupe de Haute Montagne) et Jean-Jacques Prieur viennent de rendre publiques. Cette enquête minutieuse a été réalisée à partir de l’analyse :

  • du texte de Louis LACHENAL;
  • des photos d’ Alberto Inurrategi et de Jean-Christophe Lafaille, sommet de l’Annapurna le 16 mai 2002;
  • du témoignage d’Henri Sigayret, sommet de l’Annapurna le 30 avril 1979;
  • des images de la vidéo de l’équipe de l’alpiniste spagnole durne Pasaban Lizarribar, sommet de l’Annapurna le 3 avril 2010;
  • de la photo officielle, prise par Louis Lachenal, de Maurice Herzog sur le coté nord de l’arête sommitale, sommet de l’Annapurna le 3 juin 1950.

Le texte de Louis LACHENAL

Dans ses « Carnets du Vertige » chez UGE 10/18, édition de 1962, page 182, Louis Lachenal relate de manière fort expurgée son arrivée au sommet : « …puis un couloir nous mène vers quelque chose qui, d’où nous sommes, paraît un sommet. Nous nous y élevons. Le sommet du couloir n’est qu’une sorte de selle d’où part vers la gauche une sorte d’arête qui, encore une fois, paraît mener au sommet. » Notons qu’à ce stade il n’a toujours pas identifié le sommet. Il continue sa narration. « Que c’est long. Enfin nous y sommes. Une arête de neige ourlée de corniches avec trois sommets, l’un plus haut que les autres. C’est le sommet de l’Annapurna. En dessous, versant nord, une banquette de rochers brisés nous reçoit pour que nous fassions les quelques photos officielles… »

En savoir plus…..

Le rapport complet du GHM

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.