Création de ‘La coordination Montagne’

Coordination nationale pour le développement des activités de montagne et d’alpinisme
COMMUNIQUE DE PRESSE ASSEMBLEE CONSTITUTIVE DU 24.01.12


La naissance de la Coordination Montagne le 24 janvier 2012 à
Grenoble
est le fruit d’un travail initié en 2010 à partir d’un
questionnement essentiel : quelle place pour les activités de montagne dans
notre société, aujourd’hui et demain ?
Ces pratiques choisissent pour
terrain les massifs montagneux du monde entier, pas ou peu aménagés. Elles
impliquent le partage de valeurs positives telles que la liberté, l’engagement,
la responsabilité, l’autonomie, l’« esprit de cordée » et la solidarité.

Aujourd’hui, ces pratiques sont fragilisées par la multiplication des
aménagements en montagne, restreintes par des préoccupations environnementales
et sécuritaires croissantes, et marginalisées face à la grande diversification
des activités sportives et de loisirs, notamment chez les jeunes.
Comment
préserver un espace pour ces pratiques de montagne et d’alpinisme, et faire
reconnaître à nouveau leur intérêt majeur pour la société ?

Un débat de
portée nationale a été proposé au public au travers des Assises de l’Alpinisme
et des Activités de montagne qui ont eu lieu à Grenoble et à Chamonix au
printemps 2011.
Cette phase de consultation des pratiquants et de débat a
débouché sur la publication d’un Manifeste pour les activités de montagne, et
mis en évidence la nécessité d’une coordination accrue entre les représentants
des pratiquants et des professionnels.

Cette Coordination est une première dans l’histoire de la
montagne
: en effet, jamais l’ensemble des institutions représentant
les pratiquants, les professionnels, mais aussi différents acteurs ayant trait
aux activités en montagne ne s’étaient rassemblées en une seule et même
entité pour défendre un projet commun pour la montagne.

Ainsi, la Fédération française des clubs alpins de montagne (FFCAM), la
Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME), la Fédération
Française de Randonnée Pédestre (FFRP), le Groupe de haute montagne (GHM), le
Syndicat national des guides de montagne (SNGM), le Syndicat national des
gardiens de refuge et gîtes d’étape (SNGRGE), le Syndicat national des
professionnels de l’escalade et du canyon (SNAPEC), le Syndicat national des
accompagnateurs en montagne (SNAM), l’Union des centres sportifs de plein air
(UCPA), la Grande Traversée des Alpes (GTA), Mountain Wilderness (MW),
l’Association Nationale des Centres Et Foyers de Ski de Fond et de montagne
(ANCEF), la CIPRA, la Fondation Petzl, En Passant par la Montagne, et le Réseau
de chercheurs Sportsnature.org :

1. partagent un certain nombre de constats

2. se rassemblent et mutualisent leurs moyens et analyses autour d’une vision élaborée en commun pour l’avenir des pratiques

3. créent une Coordination pour le développement des activités de pleine montagne et d’alpinisme.

La Coordination Montagne a vocation à s’ouvrir, au-delà de ses membres
fondateurs, à d’autres institutions ayant trait aux pratiques de montagne et
partageant les mêmes valeurs et objectifs. Certaines institutions ont déjà
marqué leur volonté de rejoindre la Coordination.
Le noyau de la
Coordination est constitué d’institutions-membres qui sont les représentants des
pratiquants et des professionnels de ces activités.
Toutes les institutions
qui ont à faire à ces pratiques pourront également faire partie de la
Coordination : promotion, gestion des espaces (ex. Parcs Nationaux ou
Régionaux), collectivités territoriales de montagne ou associations les
regroupant (ANEM, ANMSM), associations de protection de l’environnement,
chercheurs… Ces institutions seront intégrées de façon pertinente aux
différents groupes de travail.

Laisser un commentaire

13 − dix =