En Himalaya, changement climatique et tourisme malmènent les ressources en eau

La Pyramide de Lobuche apparaît enfin, nichée entre deux éboulis. Tout autour, un cirque de hauts sommets enneigés. Installée à 5 079 mètres d’altitude dans le Khumbu, la haute région de l’Everest, cette construction est le plus haut laboratoire au monde, qu’on ne rejoint qu’après dix jours de marche.

Autour du bâtiment paré d’une centaine de panneaux solaires est installé un jardin de pluviomètre, anémomètre, table à neige, sonde à température et humidité. Depuis les années 90, on mesure ici tout ce qui permet de comprendre le climat himalayen et ses changements. Car, aussi haut soit-il, le toit du monde n’est pas épargné par le coup de chaud de la planète.

Lire l’article

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.