l’accident de montagne et le (rare) procès pénal

«Quand j’entends risque pénal, je sors mon piolet ». C’est pour briser, entre autres, ce type d’appréhensions chez les professionnels de la montagne que Jacques Dallest, procureur général des Pays de Savoie, avait organisé ce grand rendez-vous. Une grande première dans une vallée qui les cultive.

Ce mardi, l’École nationale de ski et d’alpinisme (Ensa) accueillait ainsi 200 professionnels du droit et de la montagne, permettant aux uns de mieux comprendre les décisions de justice et aux autres, le milieu spécifique dans lequel les premiers évoluent.

Au cours d’ateliers durant lesquels les participants ont étudié des cas concrets d’accidents et leurs suites judicaires « la glace s’est dégelée » s’est réjoui le magistrat organisateur tout en exhortant guides, moniteurs ou exploitants de domaines à « ne pas s’obnubiler par ce risque pénal en montagne. »

A lire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.