Le loup serait une espèce clef dans le maintien de la biodiversité

Loup gris (Canis Lupus) Mammifère de l’ordre des carnivores et de la famille des canidés dont il est le plus grand représentant. Loup y es tu ? Par un jour d’automne 1992 deux gardes ONF aperçoivent deux loups dans le parc national du Mercantour.

Eh oui il colonise les Alpes et arrive en France naturellement d’Italie du massif des Apenins du nord.Le loup reconquiert du territoire, historiquement il habitait toute l’Amérique du nord, toute l’Europe et presque toute l’Asie. Aujourd’hui génétiquement les loups de France et des Alpes Suisses sont de lignée Mercantour-Italie quant à l’Allemagne, elle semble accueillir aujourd’hui les loups venus de Pologne. Le loup de nos contes de fée ne vit pas que dans les forets, il colonise les montagnes, les plaines d’Europe aux grandes étendues de l’Arctique en passant par les milieux arides de l’Asie. En Europe de l’ouest la ‘désertification’ de certains secteurs de montagne, la fermeture naturelle de ceux ci et l’augmentation des proies sauvages contribus à créer des conditions écologiques favorables pour son installation.

En France, chevreuils, mouflons, chamois, cerfs, sangliers constituent 90% de son régime alimentaire.Lorsque rien ne l’en empêche techniquement, il peut s’en prendre au bétail plus facile à prédater que ses proies naturelles. Beaucoup de troupeaux ne sont jamais l’objet de prédation, mais certains le sont régulièrement, par des loups ou par des chiens, surtout lorsque d’immenses troupeaux de brebis sont laissés presque sans gardiennage ou sans protection efficace. Les petites proies de types marmottes, rongeurs…viennent ensuite. Il adapte son menu aux conditions des situations…charognard, visite des poubelles, mangeurs de graines, de poissons, d’insectes…opportuniste il s’adapte à de nombreux milieux. Il privilégie toujours la proie la plus facile : un animal jeune, ou un adulte malade, des analyses sur des restes de proies montrent cela. De plus si jamais la proie prédatée se defends avec vigueur et risque de lui engendrer des blessures, en général il prefere abandonner. Les animaux sauvages nourissent le loup et le loup les maintients en bonne santé…en effet, de part sa prédation il évite aux différentes population animales de proliferer et de manquer de nourriture.

Le loup permet la régulation (comme tous les predateurs) des populations sauvages de cervidés sans pour autant les faire disparaître, sans quoi il disparaîtrait lui aussi. Son retour montre que chez les ongulés un comportement de vigilance s’est accrue. Comportement naturel d’une espèce-proie lorsque son prédateur est présent dans l’écosystème. Le loup disperse les ongulés, limitant ainsi les concentrations locales qui peuvent avoir un impact négatif sur les forêts. ‘Les populations d’ongulés sauvages sont abondantes La disparition des grands prédateurs et la gestion historique en faveur de la chasse de loisir ont permis une augmentation artificielle des populations d’ongulés sauvages. A tel point que depuis de nombreuses années, les quotas annuels d’animaux attribués pour la chasse ne sont presque jamais atteints.’ Cap Loup (Collectif des associations pour la protection du loup en France).

‘Les changements de comportement de prédations des loups en réponse à des variations de climat modifient l’ensemble de l’écosystème, depuis les populations d’élans jusqu’aux forêts de sapins. Pour analyser ces relations, une équipe de zoologistes américains s’est appuyée sur quarante ans d’observations réalisées dans le parc national d’Isle Royale dans le Michigan. Lors d’un hiver très neigeux, les loups chassent en grandes meutes. Ils tuent trois fois plus d’élans que lors d’un hiver peu neigeux. Moins nombreux à brouter, les cervidés laissent alors les jeunes sapins mieux se développer.’ E. Post et al., Nature, 401, 905, 1999. Cliché Zefa/Brakefield

Le rôle des carnivores et notamment celui du loup est important et unique dans un écosystème.

La prédation entraîne de nombreuses répercussions complexes qui s’exercent sur plusieurs espèces et cela peut prendre plusieurs années avant d’en voir les conséquences.

Le loup serait une espèce clef dans le maintien de la biodiversité.

Texte de Virginie, accompagnatrice en montagne.

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.