Les tailles ont pris de l’ampleur : comment les fabricants Outdoor en tiennent compte

Friedrichshafen – L’anatomie humaine a changé au cours des dernières décennies. Ceci est démontré par la récente mesure d’échantillons de la population effectuée en Allemagne, ladite « Size-Germany », un projet du centre pour la recherche textile, le Textilforschungszentrum Hohenstein, et de la société spécialisée dans l’ergonomie, Human Solutions GmbH. Afin de déterminer les tailles moyennes actuelles comme base pour la confection, 13 362 hommes, femmes et enfants entre six et 87 ans ont été mesurés en 2009 à l’aide de procédés de numérisation 3D ultra modernes, pour ce qui est de la longueur des bras et des jambes, ainsi que du tour de taille et de poitrine. Le salon professionnel OutDoor, qui aura lieu du 12 au 15 juillet à Friedrichshafen, montre au commerce spécialisé comment l’industrie Outdoor prévoit d’y réagir.

Résultats de ce projet : depuis le dernier mesurage réalisé en 1994, les femmes ont définitivement abandonné l’idéal de beauté des années 1960, la taille de guêpe à la Marilyn Monroe. Le tour de taille moyen a augmenté de 4,1 centimètres, le tour de hanches de 1,8 centimètre et le tour de poitrine de 2,3 centimètres. La dernière mesure pour les hommes date de déjà 30 ans. Leur tour de taille a augmenté de 4,4 centimètres, leur tour de hanches de 3,6 centimètres et leur tour de poitrine de 7,3 centimètres. La taille moyenne du corps a elle aussi changé : les femmes ont pris environ 1 cm, les hommes environ 3,2 cm.

Même si la modification des pointures dans la confection est très coûteuse, des fabricants Outdoor de renom en ont toutefois tenu compte, surtout dans leurs collections pour femmes. Tous savent bien que les femmes sont particulièrement pointilleuses quand il est question de leur ligne. Odlo, le fabricant de sous-vêtements fonctionnels qui fabrique et contrôle la totalité des coupes dans sa propre entreprise de Hünenberg, en Suisse, a réagi aux nouvelles exigences des clientes. La plupart des coupes ont pris environ 1 – 2 centimètres, voir même 3 – 4 centimètres dans les tailles XL et XXL, c’est-à-dire presque une pointure complète.

Chez Jack Wolfskin, on travaille également en standard avec les données des mesures d’échantillons de population. « Les coupes pour femmes que nous utilisons dans nos collections doivent être parfaitement seyantes », déclare Thomas Zimmerling, Senior Manager Communication chez Jack Wolfskin, « les problèmes sont sinon programmés avec les consommatrices ». Toutefois, à côté des données officielles disponibles sur le marché, la marque procède en continu à des propres mesures et à des essais d’adaptation à l’anatomie afin qu’il n’y ait pas de trop grandes différences dans les pointures.

Les entreprises opérant au niveau européen ou même international, se doivent d’adapter leurs pointures. Y a-t-il des pointures Outdoor spéciales pour chaque pays ? Non, ceci exigerait de trop gros investissements. Même si les marques nationales d’habillement pour femmes et hommes, en France ou en Italie, utilisent des pointures différentes, l’entreprise Jack Wolfskin qui opère au plan international a trouvé un moyen spécifique à l’Europe. « Pour l’Europe, nous avons une coupe de base et ne faisons pas de différences entre les différents pays. Nous déterminons les pointures de base des Italiens, Français et Allemands. »

En tant que spécialiste Outdoor et de l’habillement, Schöffel est dans les petits papiers des férues de plein-air, surtout dans le rayon pantalons. Le seyant de leur forme est le résultat d’une large gamme de pointures développée pendant de nombreuses années et s’orientant sur les tailles de confection classiques, c’est-à-dire longues et courtes. Celles-ci sont valables pour toute l’Europe. Toutes les coupes sont mises au point à la centrale de l’entreprise à Schwabmünchen. « Même si les mesures actuelles ont montré que les hommes et les femmes étaient dans l’ensemble devenus plus grands et plus forts », explique Peter Schöffel, « les changements de pointures doivent être effectués avec la plus grande circonspection pour ne pas effrayer les clientes à l’idée de devoir acheter soudain un vêtement d’une complète pointure de plus. »

Si l’on passe du textile à l’« habillement du pied, on se trouve naturellement et également confronté à la question des tailles seyantes pour femmes, qui est de savoir comment les pieds ont changé en Europe au cours des dernières années et comment il est possible d’en tenir compte dans les collections de chaussures – tant pour les femmes que pour les hommes. Lowa a été une des premières marques à se préoccuper dès les années 1980 du développement de formes spécifiquement féminines pour les chaussures de plein-air. Les différences anatomiques des pieds des femmes comparativement à ceux des hommes ont été dans cette optique analysées. Les différences suivantes ont été notées : Le contour de la semelle de la chaussure de femme a une coupe plus fine et un peu plus étroite, le cou-de-pied est légèrement plus haut, la partie orteils plus longue et autant le talon que la partie inférieure de la plante du pied sont un peu plus minces.

Pour les chaussures, on dispose de peu de données. La dernière mesure d’échantillons de population a eu lieu en 2009. Les pieds de 5 200 Allemandes et Allemands ont été mesurés. Résultat : les pieds ne se sont pas allongés au cours des décennies passées, mais par contre notablement élargis. La mesure d’échantillons précédente vient de la RDA en 1966.

Quand les pointures de chaussures changent, l’adaptation de nouvelles formes est beaucoup plus coûteuse. Une nouvelle forme coûte environ 50 euros, une marque traitant des centaines de formes de chaussures pour femmes. Un facteur de coût non négligeable et peut-être également la raison pour laquelle telle ou telle marque a longtemps attendu avant de développer des formes spécifiquement féminines.

« Les pieds des femmes », dit Heinz Feuerecker, concepteur en chef chez Lowa, « mais aussi les pieds des hommes ont énormément changé au cours des 20.30 dernières années. » Ceci est dû au port de Sneakers et de chaussures de sport. Il sait que l’avant du pied s’est élargi, aplati et que le talon s’est aminci. « Nous adaptons nos formes aux transformations des pieds, mais pas en permanence », ajoute-t-il. « A chaque fois que nous développons un modèle de chaussure, nous utilisons comme base nos formes existantes et nous les modifions. Mais plutôt tous les 5 ans et pas tous les 2 ans. »

Lowa propose des formes unitaires pour tous. Il y a 30 ans encore, si l’on en croit Feuerecker, ceci n’aurait pas été possible, car il existait de grosses différences entre les différents pays européens et même par rapport aux Etats-Unis. Mais la génération des Sneakers a « standardisé » les pieds dans le monde entier. Lorsque Lowa a mis en œuvre en 1997 la distribution aux Etats-Unis, on savait que les Américains avaient systématiquement un avant-pied et une zone d’orteils plus longs. L’entreprise avait alors développé des formes spécifiques US mais qui, peu de temps après, n’étaient plus de mise, les Américaines préférant acheter des chaussures de plein-air européennes, plus seyantes.

Le salon OutDoor 2012 est ouvert du jeudi, 12 au dimanche, 15 juillet, à l’intention exclusive du commerce spécialisé (du jeudi au samedi, de 9 à 18 heures, et le dimanche, de 9 à 17 heures). Vous trouverez toutes les informations importantes à propos du salon sur Internet à l’adresse : www.outdoor-show.com

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.