L’homme qui parle aux pierres

Un cairn est un amas artificiel de pierres. Grimpeurs, alpinistes, randonneurs… sont des familiers de cesconstructions dont certaines sont bien plus qu’une simple balise.

Le mot Cairn semble venir d’Écosse, (càrn) où il a un sens beaucoup plus large. Là-bas, il est de coutume de transporter une pierre jusqu’en haut de la colline pour la déposer sur les autres. Un ancien dicton écossais dit « Cuiridh mi clach air do chàrn », c’est-à-dire « Je déposerai une pierre sur ton cairn ». Il y a aussi cette tradition juive qui consiste à poser un cailloux sur la sépulture de celui à qui l’on rend visite ou les traditions tibétaines.

Bref, les cairns peuvent varier du simples tas de pierres à l’amas branlants jusqu’aux savantes prouesses de construction. Il vous est certainement arrivé de vouloir poser votre pierre sur l’édifice. Avez-vous remarqué avec qu’elle attention vous avez alors choisi le cailloux, réfléchi à sa pause et, parfois, retenu votre souffle en la posant ? Mais si vous croisez un jour ces structures, je pense que vous aurez plus de mal à y ajouter votre contribution…

L’artiste qui a fait ça, c’est Michael Grab.

Michael Grab est né à Edmonton, au Canada en 1984 et a déménagé à Boulder, dans le Colorado en 2002 pour étudier à l’Université. C’est un peu par ennui et par accident que Michael a découvert son intérêt pour l’équilibre de ces structures de pierre. Il a ensuite acquis une réputation locale pour ses sculptures de roches défiant la gravitation à Boulder Creek. Au fil des années Michael a attiré de plus en plus de visiteurs lui forgeant une réputation internationale. Aujourd’hui encore Michael continue de jouer avec ces pierres à travers le monde…

Comme souvent avec ce genre de prouesses, les sceptiques vous disent, « impossible !, il y a un truc ! » Dans une interview, il explique ce qui arrive parfois quand il construit ces sculptures en direct devant un public où se trouve de telles personnes : il fait s’effondrer une de ses sculptures en retirant ou appuyant sur une pierre ! Mais comment fait-il pour faire léviter ces tas de cailloux ? Les structure à clef de voûte, on peut comprendre mais ces superpositions au milieu d’une rivière ?

D’abord il dit, vous devez apprendre à «connaître les rochers.’ Sur sun site, il explique toute l’attention qu’il porte à la structure des cailloux :

«L’élément le plus fondamental de l’équilibre, c’est de trouver une sorte de « pied » pour que la roche puisse tenir debout. Chaque pierre est recouverte d’une variété d’entailles qui peuvent agir comme base. En accordant une attention particulière aux rochers et aux sensations qu’ils procurent, vous allez commencer à sentir les moindres « clics » que ces encoches provoquent lorsque deux pierres entre en contact ‘.

Après cela, il cherche à «trouver un point zéro, ou le silence à l’intérieur de lui-même.’ Je pense que Michael a des mains qui peuvent sentir le poids exact d’une pierre et un esprit qui peut se concentrer au point de visualiser l’équilibre du cailloux en trois dimensions, et en quelque sorte pénétrer à l’intérieur de ces pierres, et, comme il le dit ‘Devenir l’équilibre.’ Je pense que Michael, quand il le fait, franchit la ligne entre l’animal et minéral. Pendant une brève période, il est ce qu’il construit.

Pour en savoir plus sur cet artiste troublant, lisez son interview paru en juillet 2012 dans Elephantjournal.

On y apprend comment il conceptualise ses constructions qu’il perçoit comme une synphonie ou la sculpture est le chef d’ochestre tandis que l’eau, les roches, les arbres, les sons et les couleurs sont les instruments. Une belle combinaison d’énergies. Mystique.

« …je pratique cet art comme une forme d’expression méditative, une thérapie par les pierres »

« La chose qui lie chacun d’entre nous et l’univers, est la naissance et la mort. L’impermanence des structures incite à la contemplation, à l’acceptation et l’appréciation de cette vérité. Ils sont l’aperçu de notre propre nature; une non-dualité momentanée de force et de fragilité, parfaits dans leur imperfection. »

« Le partage de nombreux éléments avec le yoga, l’équilibre des roches est devenue une pratique spirituelle quotidienne qui ne guérit pas seulement, mais maintient et exerce ma conscience à percevoir plus justement les choses. »

« C’est une chose de voir des photos et une autre chose de voir le la structure en trois dimensions, mais aussi autre chose de sentir réellement le processus de construction. »

Pour plus d’informations, photos, vidéos, blog… le mieux est sans doute de visiter son site http://www.gravityglue.com.

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.