Montagne du Piémont en Italie : Variation de la végétation pastorale consécutive à la prédation du loup

Le Piémont est, en Italie, la seconde plus grande région en superficie après la Sicile. Par trois côtés, elle est entourée des montagnes des Alpes avec notamment le Mont Viso au pied duquel le Pô prend sa source et le Mont Rose. Son territoire est composé de 43,3% de montagnes, 30,3% de collines et seulement 26,4% de plaines.

Le blog ‘Le loup des voisins‘ vient de traduire une communication concernant une des études coordonnées par le Pr Battaglini de l’Université de Turin (Département Sciences Agronomiques, Forestières et Alimentaires), dans le cadre du Projet ProPast et financée par la Région Piémont ; elle porte sur le changement observable de cette végétation des alpages piémontais depuis l’arrivée des loups. Le titre est Variation de la végétation pastorale dans le Piémont consécutive au changement de gestion du troupeau dû à la prédation du loup

La montagne, cadre de loisir de randonneurs et alpinistes, n’est pas toujours sauvage. Ses paysages sont souvent l’œuvre de l’homme quelque soit le pays, notamment les éleveurs et bergers qui, avec leurs bêtes, on su façonner l’espace au cours du temps.

Pour ces chercheurs : ‘L’élevage ovicaprin a depuis toujours représenté une activité importante dans l’ensemble de l’arc alpin piémontais ; il a permis l’utilisation et la conservation des fonds de vallée et surtout du territoire de haute montagne jusqu’à aujourd’hui. Mais les transformations sociales, économiques et technologiques, ont imposé d’importants changements dans l’organisation de l’élevage et du système pastoral, surtout avec la présence avérée du loup depuis le début des années ’90. La gestion des petits ruminants en alpage, fortement conditionnée cette dernière décennie par la défense du prédateur, a nécessité l’utilisation de différentes mesures pour réduire le nombre d’attaques. Il s’agit principalement d’utilisation de clôtures électriques pour délimiter les parcs, de chiens de défense, et aussi dans des cas sporadiques d’autres systèmes (dispositifs d’éclairage, effaroucheurs acoustiques, etc.)’.

Ils précisent : ‘La présente étude, menée dans le Piémont en 2011 dans le cadre du Projet ProPast (durabilité de l’élevage pastoral : identification et mise en œuvre de lignes directrices d’intervention et de soutien,financé par la Région Piémont) sur un échantillon de dix alpages touchés par le retour du loup depuis plus de dix ans, a confirmé que la réalisation de ces systèmes et les changements qui en résultent dans la conduite du troupeau ont fortement nui à la conservation des ressources pastorales d’altitude. Les observations de la végétation ont permis de vérifier comment, à cause de la nouvelle gestion des animaux qui prévoit le regroupement nocturne dans des enclos entraînant un transfert de fertilité des pâturages aux enclos mêmes, il y a eu un appauvrissement général de la végétation et de la production, provoquant la banalisation de la végétation et la disparition de phytocénoses d’intérêt pastoral, environnemental et culturel’

A découvrir….

Lire l’étude….

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.