Espagne : le succès des falaises, mais à quel prix ?

Un documentaire récent a été diffusé courant septembre par VLO Productions concernant le différend entre grimpeurs et archéologues. Outre des images du King dans ‘Analogica’, 9a, de Daila Ojeda, Iker Pou ou Tomas Mrazek, on peut comprendre à travers les propos du local Victor Fernandez et des autres protagonistes du documentaire que l’escalade dans la grotte demeure le fruit d’âpres négociations entre archéologues et fanatiques, avec un calendrier qui est tenu, alternant période de fouilles et de grimpe. L’escalade à Santa Linya est pour l’instant tolérée, mais on ne sait pas de quoi sera vraiment fait l’avenir…

Le reportage peut être visionné ici : partie 1 / partie 2 / partie 3

On peut faire la même remarque concernant Rodellar, même si cela peut paraître surprenant. En effet, Rodellar est une des destinations européennes privilégiées par les grimpeurs en été : un petit paradis estival, notamment pour nous, les français, qui nous y rendons en nombre chaque année. Et bien sachez que les falaises du Mascun sont situés dans le parc naturel de la Sierra et des gorges de Guara. Les locaux de la Sierra de Guara, excédés, viennent de publier une lettre intitulée ‘Mierda en Rodellar’, où ils s’indignent contre l’odeur nauséabonde qui émane de déjections dans certains coins du canyon, et proposent des solutions comme l’enterrement dans le sol (déjà prônée auparavant par les locaux de Claret…) ou encore le transport journalier dans un contenaire approprié… Bref, démerdons-nous…Car la zone est sensible, et il vaut mieux éduquer qu’interdire, n’est-ce pas ?

A lire chez Desnivel

Source pour Santa Linya : toujours Desnivel

Santa Linya, et une problématique insoluble entre grimpe et fouille

crédit photo : Pierre Délas / Kairn.com

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.