Faut-il limiter le tourisme pour protéger l’environnement ?

Déchets et pollution sur le delta sauvage du Danube en Roumanie, sur les plages de Goa en Inde, et même sur les hauteurs de l’Himalaya… De plus en plus de sites naturels d’exception souffrent de l’intensification du tourisme. Une tendance d’autant plus inquiétante qu’on estime à 1,6 milliard le nombre de touristes d’ici à 2020. Face aux risques que représente le tourisme de masse, des gouvernements ont pris les devants. C’est notamment le cas du Bhoutan, qui a ouvert ses portes aux touristes en 1974 en suivant une politique de « basse quantité, haute qualité ». Ainsi, chaque année, seuls quelque 7 000 voyageurs sont autorisés à entrer sur le territoire. Une façon de contrôler le développement du tourisme en protégeant l’environnement.

Lire l’article

ad NCV

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/6f7a26ffab24db51e03c89870151ed91/kairn/wp-content/themes/Newspaper_kairn/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.