Il faut retourner comme une chaussette notre stratégie de rapport à la nature !

François Letourneux, président de l’UICN France, a participé au groupe de travail « préserver la biodiversité et les ressources naturelles » du Grenelle de l’environnement. Il revient pour Actu-Environnement sur l’enjeu d’enrailler la perte de biodiversité, et rappelle les raisons utilitaires et morales qui imposent sa préservation.

AE : La Stratégie Nationale de la Biodiversité a été élaborée après que la France ait ratifié la Convention internationale sur la Diversité biologique en 2004. Comment est-elle appréciée ?
FL
: Elle nous semble insuffisante. Ce n’est qu’un travail inter-services de l’administration de l’Etat. Ni les collectivités ni le Parlement ne sont impliqués. Les choses devraient s’améliorer si sont intégrées les conclusions du Grenelle de l’environnement : la diminution de l’usage de pesticides, la trame verte et bleue, l’action de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB), le remarquable plan d’action du ministère en charge des Affaires étrangères, notamment pour promouvoir l’IPBES. A cet égard, les choses avancent. L’étape décisive sera la dixième Conférence des parties de la Convention sur la Diversité biologique (COP10) qui se déroulera cet automne à Nagoya au Japon.

En savoir plus….


 

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.