Sylvain Tesson, là où l’air est plus pur

Il n’est pas nécessaire de lui donner le numéro de code de votre immeuble : Sylvain Tesson peut aussi bien arriver par la fenêtre après avoir escaladé la façade le long d’une conduite d’eau. Il lui est arrivé aussi de grimper en haut de Notre-Dame pour y déployer les couleurs du Tibet.

Ces exploits ont laissé des marques sur son corps sous formes de broches et de vis qui doivent faire résonner les détecteurs des aéroports quand il s’embarque pour l’Himalaya ou le désert de Gobi. Mais on peut aussi se blesser dans le Quartier latin. Une nouvelle de « S’abandonner à vivre » nous apprend qu’une fracture du calcanéum est désignée sous le nom poétique de « fracture des amoureux » : elle survient quand l’amant saute trop vite du balcon pour échapper au mari (« La Gouttière »).

Lire l’article

ad NCV

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/6f7a26ffab24db51e03c89870151ed91/kairn/wp-content/themes/Newspaper_kairn/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.