18èmes Piolets d’Or : Le jury est nommé

LES 18èmes Piolets d’or auront lieu du 7 au 10 avril 2010 à Chamonix-Mont-Blanc – Courmayeur

Le Jury international est nommé
Les 18èmes Piolets d’or se dérouleront du 7 au 10 avril prochains au pied du Mont-Blanc à Courmayeur et à Chamonix. Cette prochaine édition, forte de la nouvelle dynamique lancée en 2009, réunira des alpinistes de tous horizons dans le cadre d’un véritable festival. Conférences, débats, films, rencontres et autres activités culturelles seront répartis entre Courmayeur et Chamonix-Mont-Blanc, du 7 au 10 avril prochains.
Le Groupe de Haute Montagne et le Comité de Pilotage des 18èmes Piolets d’Or ont sélectionné les membres du jury. Ils sont soutenus par l’AAJ, American Alpine Journal, qui est la référence en matière de compilation et d’investigation sur les grandes premières réalisées dans tous les massifs du monde.
L’AAJ soutient officiellement les Piolets d’Or, en accord avec la charte valorisant le goût de l’aventure et le sens de l’exploration dans l’art de gravir des sommets, plutôt que l’esprit de compétition.

Un Jury international
Les membres du jury sont tous des personnalités du monde de la montagne.
Alpinistes et journalistes de renom, ils sont reconnus pour leur expérience, leur compétence et leur intégrité.
Aucun membre du comité d’organisation ne participe à la désignation des nominés et au vote final du jury mais ils sont les garants de la probité de son fonctionnement.

Piolets d’Or 2010, présidé par Andrej Stremfelj
Tous les membres du Jury ont été sélectionnés par les membres organisateurs.

Andrej Stremfelj (Alpiniste)- Slovénie
Né en 1956, Andrej Stremfelj est un habitué de l’Himalaya, son palmarès est étonnant !
En 1977, il atteint le sommet de l’arête sud-ouest du Gasherbrum 1 (8068 m) avec Nejc Zaplotnik.
Deux ans plus tard, c’est sur l’Everest avec l’expédition yougoslave qu’il remonte intégralement l’arête Ouest qui présente des passages rocheux difficiles à haute altitude. En 1989, il inaugure la voie centrale de la face sud du Shishapangma (8046 m), ouverte en 3 jours avec Pavle Kozjek.
La première de la face sud-ouest du Kanchenjunga sud (8476 m), réussie en style alpin avec Marko Prezelj, sera distinguée par le premier Piolet d’Or en 1991.
Plus récemment, Andrej s’est exprimé sur le versant tibétain du Gyachung Kang (7952 m) en 2000, et a ouvert en 2006, à l’âge de 50 ans, une voie difficile sur le Janak Chuli (7090 m).
Il fait partie de ces alpinistes slovènes qui étonnent le monde de l’alpinisme et représente cette nouvelle génération explorant les grands sommets en style alpin.

Jordi Corominas (Alpiniste)- Espagne
Guide de haute-montagne et originaire des Pyrénées, Jordi Corominas (52 ans) privilégie l’exploration des plus hautes et difficiles montagnes du monde avec une économie maximale de moyens.
Guide de haute montagne et originaire des Pyrénées, il s’impose en 2004, en amateur comme fort himalayiste, atteignant seul le sommet du K2 par la voie polonaise du pilier sud-ouest, la Magic Line, avant d’en redescendre par l’éperon des Abbruzes. Il reste aujourd’hui le seul alpiniste à avoir répété cet itinéraire, engagé et technique, ouvert par une grosse expédition polonaise en 1986.
Corominas compte également de nombreuses expéditions dans toutes les chaînes de montagnes du globe. En Inde : voie américaine de l’arête ouest du Thalay Sagar (6904m, 1990), ouverture en face Est du pic Meru nord (6450m, 1994), puis ascension en style alpin de la voie Bonington- Fotheringham au Shivling II (6501m, 1994). De 2004 à 2006, l’espagnol s’exprime en solitaire dans les Andes péruviennes, avec notamment les ascensions de la face sud du Chopicalqui (6395m) ou de la face nord-est du Huascaran nord (6654m).
Il ouvre en 2007, avec Orio Baro, la très délicate paroi glaciaire et mixte du Siula Chico (6265m).
À 50 ans en 2008, Jordi réalise la première de la face Est du Cerro San Lorenzo en Patagonie.
Toujours avec Baro, il s’exprime l’an passé sur l’éperon sud vierge du Tengi Ragi Tau (6968m) au Népal et choisi de redescendre à quelques longueurs du sommet : des gelures menaçant les pieds de son fidèle compagnon.

Robert Schauer (Alpiniste)- Autriche
Né le 27 août 1953 à Graz, en Autriche, sa carrière d’himalayiste débute en 1974, avec la première du Pumari Chhish (7458 m). Suivent le Gasherbrum 1 (8068 m) en 1975, puis le Nanga Parbat (8125 m) en 1976, par une nouvelle voie, l’arête sud-ouest.
Summiter de l’Everest en 1978, du Makalu en 1981, du Broad Peak (8047 m) en 1984, après une hivernale à l’Eiger en 1985, il se lance la même année dans l’une des plus fabuleuses aventures de l’Himalaya : la face ouest du Gasherbrum IV (7925 mètres), avec Voytek Kurtyka. La difficulté de cette ascension mixte, l’absence d’emplacements de bivouacs, la tempête qui bloqua la cordée pendant deux jours et la descente par la difficile arête nord-ouest ont fait entrer cette cordée parmi les mythes de l’Himalaya. Robert Schauer a créé le Festival international du film de montagne de Graz.
Il est depuis 1988 producteur de films.

Kei Taniguchi (Alpiniste)- Japon
Née au Japon le 14 juillet 1972, Kei est attirée par l’aventure depuis l’enfance, admirative de l’explorateur Naomi Uemura, premier japonais à atteindre le sommet de l’Everest et le sommet du Denali en Alaska (1970). Après sa disparition en mars 1984 lors d’une deuxième ascension du McKinley en hiver, Kei décide d’orienter sa vie pour suivre ses traces. C’est en parvenant au sommet du Denali en 2001 qu’elle décide de se consacrer pleinement à l’alpinisme.
Ce n’est pas la haute difficulté technique qui la séduit, mais plutôt l’exploration de montagnes vierges de part le monde. Depuis 10 ans, cette manager indépendante en ressources humaines part en expéditions sur les montagnes du monde. Elle ouvre au Spantik en 2004, réussit la seconde ascension de l’arête est du Mustagh Ata (7564m, Chine) en style alpin et signe le Shivling (6543m, Inde) en 2005. En 2006 et 2007, c’est la très haute altitude qui l’attire avec le Manaslu et l’Everest. Elle est récompensée l’an passé à Chamonix par un Piolet d’Or pour la première ascension en 2008 de la face sud-est du Kamet (7756m, Inde), en style alpin avec son compatriote Kazuja Hiraide.
Cette année, elle a échoué deux fois dans ce style engagé et incertain, sur la face ouest du Kunyan Chish (7400m, Pakistan) et sur la face est du Gaurishankar (7134m, Tibet).
Au sein de ce jury, elle représente avec féminité la nouvelle génération d’alpinistes engagés.

Lindsay Griffin (Journaliste, Alpiniste)- Grande-Bretagne
Lindsay Griffin est le chroniqueur référent de l’alpinisme international de ces dernières années. Ses chroniques d’alpinisme, les plus complètes de ces dernières années, ont été pour les grands magazines britanniques comme High ou aujourd’hui Climb, une sorte de colonne vertébrale. Lindsay y a montré une érudition encyclopédique, que ce soit sur le plan historique ou géographique.
En dehors de ses talents de journaliste et d’historien, il a voyagé dans la plupart des massifs du monde, d’où il a ramené une extraordinaire collection de photos, de renseignements et de contacts. Sa casquette de chroniqueur ne doit pas occulter son activité d’alpiniste. Les habitués du massif du Mont-Blanc se souviendront d’une nouvelle voie sur le versant est du Tacul, ouverte en décembre 1973.
Au Népal, Lindsay a ouvert en 1978 une voie rocheuse superbe au Kwangde Shar (6093 m), mettant en évidence l’intérêt de la chaîne bien visible de Namche.

Anna Piunova (Journaliste)- Russie

Née le 23 septembre 1970 à Ekaterinburg, ville militaro-industrielle de l’Oural, Anna Piunova a découvert la montagne et l’escalade avec son grand frère. Elle progresse rapidement sur le rocher et devient membre de l’équipe jeune d’escalade de l’Union Soviétique. Elle choisit d’intégrer l’armée et son club des sports, lui permettant de rencontrer les forts grimpeurs russes. Avec eux, elle monte le premier site internet local d’informations sur les montagnes de l’Oural. Lorsque l’Union explose, elle rejoint à Moscou l’équipe du plus vaste site Mountain.ru. Anna développe le site, qui est devenu le site référence d’informations sur l’alpinisme en Russie. Rédactrice en chef, elle correspond vers les Etats-Unis pour l’American Alpine Journal et la revue Alpinist. Photographe diplômée de l’académie de Moscou, elle contribue aussi à de nombreuses publications spécialisées sur l’escalade et la
montagne.
Toujours grimpeuse de très bon niveau (7b+ à vue, 8a après travail), elle reste inspirée par les alpinistes modernes privilégiant le style léger sur les hautes montagnes techniques.

6 équipes nominées, au maximum
Parmi les 52 grandes premières de l’année 2009, réalisées par des hommes et des femmes de toutes nationalités sur les 5 continents, le jury sélectionnera les 6 ascensions majeures qui seront rendues publiques mi-février. La liste complète des ascensions est disponible sur www.pioletsdor.com
Du 7 au 10 avril 2010 à Chamonix-Mont-Blanc et Courmayeur, le jury attribuera un Piolet d’Or aux réalisations les plus significatives de l’année.
Après le 1er Piolet d’Or carrière remis à Walter Bonatti en 2009, le 2ème Piolet d’Or carrière sera décerné à cette occasion à un alpiniste pour sa carrière emblématique.
Retrouvez toutes les informations sur www.pioletsdor.org

Photo :  Andrej Stremfelj

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.