6e édition de Lyon Urban Trail : bilan

Pionnière et désormais capitale incontestée du trail urbain, Lyon constate chaque année que son concept original et son cadre unique déplacent de plus en plus les foules et les meilleurs spécialistes du genre.
Photo : Gilles Reboisson
Une double consécration en 2013 pour les organisateurs le nombre et la qualité :
– Un nouveau record de participation avec près de 7000 participants inscrits sur l’ensemble des parcours (de nombreuses inscriptions ont été refusées sur la formule 12 km chono, complète la veille du départ),
– La présence d’un plateau international très relevé cette année.
Malgré tout, personne, sur le parcours majeur de 36 km, n’a véritablement inquiété le champion de France de course de Montagne et favori Julien Rancon, du team Adidas, déjà vainqueur ici lors de la première édition en 2008 et auteur d’un temps canon de 2h 21, à plus de 14km/h. Malgré une spectaculaire fin de course, le Grec Dimitis Théodorakakos, du team Salomon (2ème), n’a pas pu revoir Julien Rancon mais a devancé Yoan Meudec, 2ème l’an passé et 3ème cette année, qui a longtemps accompagné l’échappée belle de Julien Rancon.
Le néo-zélandais et sextuple champion du Monde de course de Montagne Jonathan Wyatt, a du se contenter d’une 8ème place mais ne tarissait pas d’éloges à l’arrivée sur l’originalité de la course et la beauté du parcours. Chez les dames, l’italienne Silvia Serafini s’impose en moins de 3 h sur les 36 km, devant la russe Zhana Vokueva et la française Laureline Gaussens.
Photos : Gilles Reboisson
Antoine Janin et Karine Marguerettaz s’imposent sur le 23 km, tandis que Michel Arnaud et Anne Sophie Vittet remporte la formule courte de 12 km, la plus courue avec plus de 2 300 engagés.
Si les plus rapides avaient finalement peu le loisir de se laisser aller à la contemplation, l’essentiel des coureurs ont pu une nouvelle fois apprécier, sous un soleil éclatant, un parcours et des points de vue toujours exceptionnels.
Photo : Gilles Reboisson
Certes, les 6000 marches d’escaliers et plus de 1500 m de dénivelé pour le grand parcours ont laissé des traces, mais les nombreux « spots » du LUT, en tête desquels la traversée de la cour d’honneur de l’hôtel de Ville ou du site Gallo-Romain de Fourvière, sont toujours des moments privilégiés.
Lyon Urban Trail est décidemment une course magique et jubilatoire.
Une course qui fait également parler d’elle sur Des bosses et des bulles, toujours aussi sympa et tellement vrai.
Merci pour l’autorisation de publication
D’autres images à consulter sur Des bosses et des bulles… ou sur la page Facebook.

Laisser un commentaire

7 − 4 =