Aconcagua : la planche a billet

Le toit des Amériques, plus haut sommet en dehors de l’Himalaya avec ses 6962m se mérite.

Non pas que la voie normale soit technique, bien au contraire, elle s’apparente plus a un trekking quand les conditions sont favorables, qu’a l’ascension d’un géant de l’altitude.

Mais financièrement, c’est autre chose. Les tarifs pour entrer dans le Parc Provincial de l’Aconcagua et donc envisager son sommet n’ont cessé d’augmenter ces dernières années, et atteignent maintenant des tarifs… élevés.

Le souci c’est que les services sont loin d’être a la hauteur des tarifs demandés. Malgré de très nombreuses expéditions de nettoyage, les camps d’altitudes sont un véritable dépotoir, contaminant au passage l’eau et la neige nécessaire aux expéditionnaires eux mêmes.
Le refuge-Hôtel du camp de base a été mis hors service pour cette saison.
Et vu le manque de neige dramatique de cette année, il faudra faire appel a des porteurs pour monter de l’eau car il n’y a déjà plus de neige aux camps Berlin et Nido de Condores.

On oubliera pas de penser au moment de composer son budget que l’Argentine vit actuellement une période de très forte inflation (plus de 30% par an) et que les tarifs pour se loger, voyager et manger ne sont plus très loin des tarifs européens.

Plus d’infos sur le Parc

Photo : l’Aconcagua vu des airs. (C.Larcher/CWN/Kairn.com)

Laisser un commentaire

16 − quatre =