Crise de l’élevage : enjeu territorial, enjeu économique. La montagne n’y échappe pas.

Une diminution numérique du nombre de producteurs

La diminution du nombre des éleveurs n’est pas un phénomène récent puisqu’elle s’est manifestée, à compter de 1992, par la multiplication des reconversions d’éleveurs vers les productions céréalières. Ce processus de reconversion est désormais impossible puisque la réforme de la politique agricole commune survenue voici dix ans a « figé » les espaces. Désormais, la diminution du nombre de producteurs et d’exploitations d’élevage se poursuit avec des conséquences d’autant plus graves qu’elles menacent l’équilibre humain de certaines zones rurales.

…//…

Dans le Jura, votre mission d’information a visité la zone du premier plateau et, en particulier, une ferme où personne n’était disposé à reprendre les 43 hectares de prés et 50 hectares de terrains communaux cultivés, du fait de l’absence de bâtiments d’élevage. Sans l’intervention d’une communauté des communes et une garantie financière pour la construction de ces bâtiments, les terrains auraient vraisemblablement cessé d’être exploités et seraient retournés à la friche.

Un précarisation spatiale : les agriculteurs bientôt « importuns » dans le monde rural ?

La gestion quotidienne de l’espace rural pose des problèmes récurrents aux éleveurs qui ont parfois le sentiment d’être « dépossédés » d’un territoire dont ils demeurent pourtant les derniers occupants. De nombreux conflits d’usage résultent, en effet, de l’utilisation concomitante de l’espace rural par les exploitations agricoles et par d’autres activités. Il n’est pas rare de constater que des activités aussi paisibles que la pêche à la ligne ou d’autres, aussi aventurées que la réintroduction de certains fauves dans des espaces reculés, aboutissent à menacer la pérennité de l’élevage.

En savoir plus….

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.