Critique : Everest

En mai 1996, deux équipes d’alpinistes aguerris entreprennent l’ascension du Mont Everest, le plus haut sommet de la planète, culminant à 8.848 mètres. La soudaine arrivée d’une forte tempête les met à très rude épreuve.

Everest relate des faits réels. Le scénario est l’adaptation du récit que fit de l’escalade Jon Krakauer (interprété dans le film par Michael Kelly) dans son livre publié en 1997, Into Thin Air: A Personal Account of the Mt. Everest Disaster.

Everest est le onzième film du réalisateur, scénariste et producteur islandais Baltasar Kormákur, qui a, dès son premier film, 101 Reykjavik (2000), attiré l’attention du public, des critiques. Attention confirmée depuis avec, entre autres, Illegal Traffic (Reykjavik Rotterdam) (2012). Il revient aujourd’hui sur le devant de la scène avec la diffusion de la série policière qu’il a créée,Trapped.

A lire

Laisser un commentaire

19 + quinze =