Critique film : Out of Sight 2

Fin 2014, le grimpeur anglais établi à Fontainebleau Neil Hart a signé son second long métrage sur la grimpe à Bleau « Out of Sight 2 ». Après une mise en bouche avec des figures de l’escalade bellifontaine Jacky Godoffe qui nous dépeint son amour du secteur isolé des Gros Sablons dans les 3 Pignons, le film est lancé avec une première partie mettant en scène des top guns mondiaux (Webb, Hojer, Hukkataival, Shiraishi,…) On alterne entre blocs extrêmes comme « Toupie Carnivore », « Jour de chasse » et des blocs plus faciles isolés et majeurs : « Tube », « http bloc », « La mort suspendue », « Taipan ».

La présence de ces spécial guest internationaux amène bien sûr un peu de pedigree au film et qu’on ajoute aussi à cela des images impeccables capturées avec des plans originaux. L’utilisation d’un drône permet de récupérer des images aériennes superbes. La caméra fixée sur engin aérien représente sûrement le futur du film d’action en grimpe. Mais on peut s’interroger sur le peu de présence des grimpeurs locaux en action sur un film sur Bleau , pas grand-chose à se mettre sous la dent hormis quelques apparitions de Guillaume Glairon-Mondet et de Caroline Sinno. Idem, on pourra regretter la non mise en avant des coutumes locales (nettoyage des pieds avec chiffons ou paillassons, brossage, etc…) alors que c’était l’occasion rêvée d’en faire la promotion. De plus le choix des blocs parait un peu redondant avec le bloc d’ »Opium » à Recloses en long large et travers (« Narcotic », « Jour de chasse », « Mécanique élémentaire », « Opium ») ou encore la présence des célèbres Big 5 du Rempart qu’on voit sur les nouvelles vidéos sur Bleau trouvées sur le net.

Néanmoins le film est plaisant et on retiendra particulièrement la prouesse de Lisa Chulich qui engage dans la magnifique arête highball de Buthiers « Ligne blanche ». « Out of sight 2 » tire sa singularité en deuxième partie avec deux portraits de grimpeurs. La partie du film la plus réussie pour moi. On fait la connaissance de René-Paul Eustache, grimpeur amputé d’un avant-bras qui enchaîne les classiques en 6ème degré. Sa combattivité dans les blocs et sa volonté à ne pas renoncer comme dans le réta de « L’étoile rouge » au Drei Zinnen est médusante. De même, nous partons à la rencontre du phénomène Charles Albert, ce jeune qui défonce toutes les classiques difficiles de la forêt pieds nus. Tenue de prise hallucinante, sens du placement, souplesse, engagement (on a retenu son souffle sur le mouvement final « Angle parfait »), pose du gros orteil chirurgicale et force dans celui-ci hors du commun (« Gnossienne », c’est très très fort ! )… Charles est un véritable OVNI. Et comme si cela ne suffisait pas, il propose des séquences de désescalade pieds nus, tout en excentrique sur les bras et gainage (« Fourmis rouges ») !

Le film se termine comme il l’avait commencé, avec une analyse philosophique tout en introspection de la grimpe à Bleau par Jacky. Ainsi s’achève « Out of sight 2 » qui se démarque donc pour nous par de jolis portraits de grimpeurs atypiques sur la seconde partie et des images vraiment travaillées et originales. Il serait en tout cas plus novateur de faire un film sur les nombreux locaux de Bleau en 2015, à l’image des anciens opus comme « Bleau » ou « http bloc ». L’idée est lancée !

ad NCV

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/6f7a26ffab24db51e03c89870151ed91/kairn/wp-content/themes/Newspaper_kairn/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.