Critique film : The Island, partie 1

2009. L’américain Dave Graham et sa bande (Jon Cardwell, Isaac Caldiero,…) ont posé leurs valises et élu leurs quartiers d’été en Europe. Le premier volet de la trilogie « The Island » sorti il y a quelques jours retrace leur épopée en France et en Suisse. Un carnet de voyage narré chronologiquement, jour après jour… Un film ‘homemade’ et amateur produit par des fanatiques où les falaises françaises ont la part belle, pour une fois !

Preuve en est, on démarre sur les chapeaux de roue avec la première partie du film dédiée à Céüse. Deux mois de grimpe sur place, rien que ça ! Les images sont admirablement bien capturées avec des plans bien choisis et le caillou fabuleux de Céüse rend à merveille. Orientée haut-niveau, le film présente pas mal de classiques dans le huitième degré de la falaise. Daniel Woods expédie un à un tous les 8c connus, Dave revient de blessure, s’affûte pour venir à bout des gros blocages sommitaux de « La part du diable » 8c+. Jon Cardwell se met le gros projet avec « Biographie ». On suit ce dernier assaut après assaut dans sa quête qui restera malheureusement vaine, le pauvre butera dans l’extension après avoir réussi pas moins de 18 fois la première partie ! On a droit a une découverte sympathique de quelques beautés cachées de la Grande Face dans « Syndrome Albatros », très beau 8a+ sculpté et la voisine aux réglettes teigneuses, « Le jour du 19 août », 8b+ à vue pour Dave. Une première partie très plaisante avec un beau panorama mettant bien en valeur les lieux.

S’ensuit un court interlude suisse de 15 minutes dans les dévers et plafonds interminables de Fionnay en Suisse et nous revoilà en France, dans l’antre du haut-niveau de Déversé. Les amerloques ont l’air d’apprécier le côté bling-bling de la côté d’Azur avec le combiné soleil/plage/fête/escalade. Daniel Woods nous montre son potentiel en rési dans « Kinematix », imité par de croustillantes images d’archives du jeune Enzo Oddo faisant ses premières armes dans le 9ème degré. Comme dans « Biographie », on retrouve Jon Cardwell dans « Punt-X »,son deuxième gros projet de l’été. Ce projet restera inachevé aussi malgré de bons essais… Entre deux soirées et deux barbecues à la falaise, a lieu une présentation des magnifiques rails de colos de « Abysse » 9a par Dave et de « TTT » alors 8c+ par Joe Kinder, deux lignes très pures et exigeantes dans un dévers à tailler au couteau. Magnifique !

Une escapade locale est organisée sur le site de Carros pour présenter le 9a de « Chocho loco », une grande traversée sur colonnettes au préhensions et mouvements assez étonnants. Le côté élitiste/performance prend quand même une place encore plus importante dans cette seconde partie. Un poil répétitive tout en restant plaisante, cette partie niçoise est cependant un peu longue et moins réussie que le démarrage sur Céüse. Peut-être est-ce le côté chronologique de la présentation qui procure cet effet, ou alors les nombreux plans en accélérés des essais de grimpe présents dans la seconde partie qui les rendent moins captivants ?

Au final, restant amateur, The Island est un film tout à fait correct. Le côté introspectif du film peut être dérangeant (aucun grimpeur français filmé en action hormis quelques courts plans d’Alizée et d’Enzo), avec une focalisation sur la même bande tout le long du métrage. Le côté un peu hippie et fêtard des acteurs est finalement attachant. La bande son électro entièrement composée par Dave est vraiment bien travaillée et en phase avec les images. Il y a eu, cela se sent, un gros travail derrière et le rendu est à l a hauteur. Même si la seconde partie perd un peu en rythme, il y a matière à satisfaction sur l’ensemble de l’heure que propose « The Island ». Le côté décousu et chronologique n’est finalement pas un désavantage. Même si le scénario est un peu flou, on n’a pas le temps de réellement s’ennuyer. Les atouts majeurs sont la qualité des images de grimpe et le dynamisme du montage, avec aussi la chance de pouvoir compiler beaucoup de haut-niveau en falaise, avec une orientation très performance, à l’américaine.

En tout cas, cela fait plaisir de voir des globe-trotters grimpeurs comme Dave venir grimper et prendre du plaisir sur nos falaises et de pouvoir profiter de leur expérience afin d’avoir un point de vue sur nos standards nationaux de haute-difficulté. Cela faisait un petit moment qu’on n’avait pas vu un film mettant en scène notre patrimoine vertical ! Cette première partie de « The Island » est aussi une bonne immersion dans la vie de grimpeur pro et sur le processus mental de réussite ou non dans des voies dures et de projets extrêmes. En tout cas, il nous tarde de découvrir une autre partie du Monde en leur compagnie dans un second volet. Selon Dave, la partie 2 plus courte devrait être disponible en août, probablement gratuitement, avant un dernier film disponible pour Noël qui sera le bouquet final.

Vous pouvez télécharger le film ici

Le trailer est ci-dessous

Laisser un commentaire

dix-huit − quinze =