Dans les Alpes du Sud, l’attaque du loup désespère les bergers de Canjuers

La gorge déchiquetée, la trachée ouverte, on se demande comment cette brebis vit encore. Elle sera forcément sacrifiée, comme deux de ses congénères atrocement mutilées.

La gorge déchiquetée, la trachée ouverte, on se demande comment cette brebis vit encore. Elle sera forcément sacrifiée, comme deux de ses congénères atrocement mutilées. À quelques pas de là gisent quatre cadavres d’ovins tués ce week-end, qui sans tête, qui les côtes décharnées ou la panse dégoulinante. Au milieu de mouches vertes accomplissant leur macabre devoir, on imagine le supplice enduré par les pauvres bêtes.

« Montrez-leur ces images à tous les pourfendeurs de la souffrance animale », lance Philippe Fabre, éleveur à La Roque-Esclapon.

En savoir plus…

Laisser un commentaire

16 − quatre =