Dix idées fausses sur le sytème de recherche en avalanche RECCO

Le système de détection de victime d’avalanche a plus de 25 ans d’existence. Il a déjà sauvé de nombreuses vies et ses performances n’ont cessé de s’améliorer. Pourtant c’est un outil mal connu du grand public. Voici donc quelques éléments pour en savoir plus.

10 idées fausses sur le Recco

 

1-      Le système Recco marche par satellite
FAUX : Le système Recco fonctionne grâce à la technologie du radar harmonique. Le détecteur émet une onde qui est renvoyée par les réflecteurs qui sont incorporés dans les vêtements, chaussures de ski ou casques.

2-      Le système Recco avertit les secours
FAUX :
Les réflecteurs Recco sont des systèmes passifs. Il est nécessaire que quelqu’un donne l’alerte pour que les secouristes se rendent sur place avec un détecteur Recco. Le réflecteur Recco agît alors comme un miroir et renvoi le signal émit par le détecteur, ce qui permet la localisation précise de la victime ensevelie.

3-      Le système Recco arrive trop tard et ne sert seulement a retrouver des morts
FAUX : Sur les 5 dernières années, le système Recco a permis de retrouver 10 victimes d’avalanche en France dont la moitié ont survécu. En zone hors piste, dans 38% des cas, les secours organisés (souvent équipés du détecteur Recco) à arrivent su les lieux de l’accident en moins de 15 minutes, et dans 94% des cas en moins de 35 minutes. (Stats ANENA-).

4-      Un vêtement équipé d’un réflecteur Recco ne peut pas être lavé
FAUX : Les réflecteurs Recco intégrés dans les vêtements sont conçus pour supporter les lavages conseillés pour ce vêtement par la marque.

5-      Les réflecteurs Recco s’usent
FAUX : Les réflecteurs Recco n’ont pas de batteries. Ce sont simplement des antennes qui agissent comme un miroir sur l’onde émise par le détecteur. Ils n’ont donc pas de limite d’usage dans le temps ni de date de péremption et surtout ils sont TOUJOURS prêts a remplir leur rôle, pas besoin de les mettre en marche.

6-      Le système Recco est très peu présent en France.
FAUX : Les détecteurs Recco sont présents en France dans 85 stations, et sur 25 bases de secours dont 15 bases hélico. Il existe 220 détecteurs Recco actifs en France ce qui permet une couverture complète des massifs montagneux de l’hexagone et représente quasiment 100% des services de secours qui interviennent en première alerte sur une avalanche en France.

7-      Le système Recco n’est présent qu’en France
FAUX : Le système Recco est d’origine suédoise et équipe plus de 600 service de secours de part le monde (Amérique du Nord et du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande, Europe, Asie).

Retrouvez la liste sur Recco.com

8-      Tout le monde peut s’acheter un détecteur Recco
FAUX : Les détecteurs sont uniquement utilisés par des professionnels (secouristes, pisteurs, gendarmes…) mais les réflecteurs sont conçus pour être utilisés par tout un chacun et se retrouvent dans les chaussures de ski, casques et vêtements de très nombreuses marques d’outdoor.
Retrouvez la liste des marques utilisant la technologie Recco sur www.Recco.com

9-      Les détecteurs Recco sont très lourds
FAUX :
Au début des années 80 le système de détection Recco était effectivement lourd (16 kg), mais aujourd’hui il pèse moins d’un kilogramme et cela pour des performances nettement améliorées. Quant aux réflecteurs, ils ne pèsent pas plus de 3 grammes…

10-   Si j’ai un réflecteur Recco, je n’ai pas besoin d’Arva
FAUX :
Ce sont deux systèmes complémentaires. L’arva permet une recherche immédiate par les compagnons ou les témoins de l’avalanche. Le système Recco est un outil de recherche pour les secours organisés.

Toutes les infos sur le système Recco sur www.recco.com

1 réflexion au sujet de « Dix idées fausses sur le sytème de recherche en avalanche RECCO »

Laisser un commentaire

cinq × un =