Drame de CEILLAC : Les skieurs n’y sont pour rien, précise le CAF de GUILLESTRE

C’est l’avalanche la plus meutrière du département des Hautes Alpes depuis 17 ans, le drame de Ceillac a coûté la vie à 6 skieurs confirmés, le 24 janvier dernier.


Une avalanche très dense, de 900 mètres de long sur 300 mètres de large qui s’est déclenchée au dessus de Ceillac (Queyras), dans le massif de la Font Sancte. Six personnes ont perdu la vie au total. Il s’agit de cinq hauts-alpins et d’un varois : Alain Vincent , Guy Rondot, Jeanne David, Carol Nash-Hamilton, Bruno Girard et Jacques Chabrier, tous membres du CAF (Club Alpin Français) de Guillestre.

De nombreuses personnes avaient pointé du doigt le risque entrepris par ces spécialistes de la montagne. A la suite de ce drame, le Procureur de la République de Gap avait même tapé du poing sur la table en déclarant ‘vouloir poursuivre toutes les personnes ayant une attitude déraisonnable’.

Ce lundi, le CAF de Guillestre tient à clarifier la situation en défendant le professionnalisme de ces skieurs décédés. Dans un communiqué envoyé à D!CI, le CAF de Guillestre écrit que ‘les six skieurs emportés par une avalanche à Ceillac le 24 janvier dernier avaient observé les règles de sécurité en vigueur et ont été victimes d’une plaque à vent dont l’ampleur était difficile à prévoir, indique l’enquête interne menée par le CAF’.

Avant de poursuivre : ‘l’enquête, à la vue des informations disponibles, forme l’hypothèse que le groupe, expérimenté et bien équipé, skiait sur des pentes moyennes et que son chef, un leader reconnu, conscient du risque, faisait descendre ses équipiers un par un comme l’exigent les règles de sécurité’.

Publié par Valentin Doyen

Laisser un commentaire

dix + 10 =