En définitive, le Sénat vote des zones d’exclusion pour les loups en France

Après une tentative du gouvernement de faire modifier le projet de loi du sénateur Alain Bertrand (PRG de Lozère) en imaginant des zones de «?protection renforcée?», c’est la notion de zone d’exclusion qui a été adoptée.


Une exclusion impossible…


Selon le Gouvernement, la notion de «?zone d’exclusion?» était impossible au regard des engagements internationaux. Le problème est qu’il n’existe aucun texte qui prévoit cette impossibilité. De plus, la Principauté des Asturies en Espagne, envisage, pour son prochain plan loup qui doit être adopté cette année, une zone d’exclusion pour le littoral.


Le texte prévoit que, pour les régions Rhône-Alpes, Auvergne, Provence-Côte d’Azur, Franche-Comté, les Préfets devront définir des zones dans chaque département concernés par les attaques de loups.


Un engagement politique fort


La démocratie a repris ses droits. Ce sont les élus du peuple qui prennent les décisions et non des associations à la représentativité discutable. La proposition de loi avait été déposée par des sénateurs radicaux de gauche. C’est cette proposition qui a reçu la majorité des suffrages ?des sénateurs, excluant l’idée de «?zones de protection renforcée?». Ils ont été rejoints dans cette démarche par des voies de l’UMP et une vingtaine de socialistes. Nous pouvons noter que les écologistes, les communistes ainsi que Chantal Jouanno, ex ministre et sénatrice UDI et un élu de droite ont voté contre. Position normale de la part de l’ex-Ministre, Chantal Jouanno, qui arbore ostensiblement un bracelet «?Panda?» du WWF. Position militante surprenante de la part d’une Ministre de la République qui avait éludé le sujet au cours d’une conférence de presse à Toulouse e 2010.


Rien de définitif


La bataille des parlementaires radicaux de gauche n’est pas terminée. Le texte doit passer à l’assemblée nationale. A cette occasion, il peut être modifié et faire l’objet d’une recherche consensuelle entre les deux assemblées dans le cadre de «?navettes?».


Par ailleurs, le 5 février, doit se réunir le Groupe National Loup pour présenter le futur «?Plan Loup?» élaboré dans des conditions discutables pas très conforme au Code de l’Environnement. Voilà donc encore des sujets de polémiques et de palabres alors qu’il y a tant d’autres sujets plus importants à traiter sur le plan économique et social.

Laisser un commentaire

onze + dix-neuf =