Equipe de France jeunes : Solène Amoros, le débarquement du 6 juin

On en avait déjà parlé plusieurs fois, comme l’été dernier avec le boycott par Sean McColl de l’étape de coupe du Monde de Briançon, voici qu’une nouvelle fois, les critères d’accès aux équipes de France font polémique.

Mais cette fois cela se passe chez les jeunes, avec le cas Solène Amoros, qui est inverse de celui de Becerra. En effet, l’embrunaise se voit sélectionnée pour participer aux championnats d’Europe jeunes d’Edimbourg (Ecosse) le week-end prochain alors qu’elle ne rentre pas dans les critères. Fin du fin, la fédération a publié deux sélections pour cette compétition, une première sans, puis une nouvelle avec Solène (depuis le 6 juin). Ci-dessous les impressions écran du site de la FFME au cas où les liens disparaitraient.

Sans Solène

Avec Solène (après le 6 juin)

Alors soit les critères mathématiques hyper restrictifs (et surement inadaptés) mis en place par les coachs et la DTN ne permettent que d’envoyer 8 jeunes sur la compétition, avec aucun représentant dans certaines catégories, alors que le déplacement en Grande-Bretagne n’est pas si lointain. Dommage. Et Solène, qui d’après nos informations a été inocemment appelée pour faire partie de l’équipe au dernier moment, a surement les qualités recquises pour très bien figurer aux championnats d’Europe au vu de ses récents résultats chez les séniors. Mais pourquoi prendre Solène et pas Paloma Simon ou encore Bréanne Robert au titre qu’on a personne de sélectionné chez les minimes filles et cadettes, ou encore Lucas Mesnard qui a fait une finale sur la dernière étape de coupe d’Europe à Imst ?

Une nouvelle fois, les sélections en équipe de France ne sont pas transparentes, et les critères qui se veulent mathématiques et impitoyables non respectés. Pourquoi ne pas imiter pour une fois le football, fixer des quotas par catégories et sélectionner ponctuellement ou même subjectivement les athlètes qui sont les plus performants après un stage de préparation ? On pourrait penser à un premier écrémage via une invitation à un stage pour les meilleurs nationaux (classement aux championnats de France et coupes de France) puis un deuxième tri grâce à un sélectif par exemple. Un peu comme Didier Deschamps qui sort sa liste des 23 pour le Mondial après avoir testé des joueurs via des matchs amicaux. Bref, il y a du pain sur la planche.

Laisser un commentaire

quatorze − 6 =