Hier, la Fédération française des clubs alpins était en congrès à Alpexpo : Le refuge de l’Aigle au cœur des interrogations

Hier à Alpexpo, pendant le congrès annuel et l’assemblée générale de la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM), deux refuges alpins ont été au cœur des débats : le Goûter et l’Aigle.
Le refuge de l’Aigle, c’est cette petite bicoque posée à 3 450 m de hauteur, sur une arête du massif des Écrins, au pied de la Meije (Hautes-Alpes).
Il a été construit en 1910 avec des matériaux montés à dos d’homme. C’est le dernier vieux refuge des Alpes en activité : il peut accueillir jusqu’à 18 personnes en plus du gardien.
Ce refuge est à présent « dans un état plutôt délabré ». À tel point que le Caf (Club alpin français), qui en est propriétaire, craint qu’il ne s’écroule. Du coup, il y a bientôt sept ans, la fédération a lancé un projet de reconstruction.
Prenant compte de la valeur historique du bâtiment, la solution choisie a été de le reconstruire à la même place et à l’identique, le plus possible.
Deux entités cependant s’opposent à ce projet : la Fondation Petzl et une association, les Amis du refuge de l’Aigle. Ils ont lancé une

pétition pour la préservation du refuge, qui a été signée par près de 3 000 personnes.

Lire l’article


Le site pour sauver le refuge de l’Aigle

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.