Il Cigno Nero, nouvelle ascension mixte sur Cima Falkner dans les Dolomites de Brenta

Enrico Lovato rapporte la première ascension de ‘Il Cigno Nero’ (320m, 5+, M7, 40°) réalisée sur la face nord-est de la Cima Falkner dans les Dolomites de Brenta avec Federico Asciolla le 5 janvier 2024.

Cela fait déjà un certain temps que je souhaite établir un nouvel itinéraire dans les montagnes de mon jardin. Mon idée était d’attendre d’avoir acquis suffisamment d’expérience en montagne, et à ce titre j’ai d’abord voulu répéter une série de voies établies de toutes pièces afin de bien comprendre l’éthique qui dicte les différents styles d’escalade. Je m’étais fixé pour règle personnelle de grimper le plus proprement possible, de préférence avec du matériel traditionnel et des piquets uniquement pour équiper les relais, éventuellement aussi pour les rappels. Il me fallait clairement trouver un mur compatible avec ce style d’ascension.

Il y a environ une semaine, j’ai fait un voyage de ski-alpinisme dans les Dolomites de Brenta et j’ai remarqué la magnifique face nord-est de la Cima Falkner. De solides dalles noires étaient entrecroisées de langues de glace qui traçaient une ligne logique menant au sommet. Après avoir cherché sur Internet et interrogé des guides de montagne, j’ai eu la bonne nouvelle, il n’y avait pas d’autres itinéraires là-bas, quel privilège ! J’ai rapidement envoyé un message à mon ami Federico Asciolla, qui a déjà beaucoup d’expérience dans l’établissement de nouveaux itinéraires, et nous avons pris la décision d’essayer la ligne dès que possible. Nous verrions jusqu’où nous pourrions grimper de fond en comble.

Quelques jours plus tard, nous étions au téléphérique du Grostè avec 2 jeux de cames, quelques vis courtes et une poignée de piquets. La météo n’était vraiment pas de notre côté, la tempête était arrivée tôt et il s’est mis à neiger abondamment. Mais c’était le seul jour où nous étions tous les deux libres, alors nous avons continué, très motivés. Après avoir sillonné la neige fraîche pendant près de 2 heures, nous avons finalement atteint la base de la première goutte de glace. L’aventure allait commencer !

Federico a mené le premier lancer entièrement sur glace, j’ai vu qu’il s’amusait, puis il a assuré sur des vis à glace et j’ai suivi. En tant que connaisseur de roches sombres des Dolomites, je me suis proposé de prendre les devants sur les longueurs suivantes ; Fede a accepté et j’étais infiniment reconnaissant. Je mets mon cœur et mon âme dans chaque mouvement et je profite pleinement de ma progression. La glace a accepté quelques vis courtes, tandis que j’ai réussi à placer des cames dans le rocher. Les sorties délicates ne manquaient pas, et les embruns me frappaient en plein visage, me ralentissant, quelle douleur !

Le 3ème pitch est remarquable, il m’a fallu 1 bonne heure et demie pour respirer le rock de qualité douteuse et les pans de glace fine. J’arrive au relais épuisé physiquement et mentalement. Heureusement, les deux terrains suivants, bien qu’assez difficiles, ont été expédiés rapidement et bien protégés. Le dernier lancer difficile m’a forcé à m’écarter de la ligne logique de la glace car celle-ci n’était pas protégée ; Je me suis déplacé vers la gauche jusqu’à une bonne fissure et j’ai commencé à remonter une belle série de confitures. Je suis sorti sur le dernier goutte-à-goutte sur le rebord supérieur et j’ai joyeusement installé le dernier relais. Désormais, seuls 100 mètres faciles nous séparaient du sommet. Là, nous nous sommes embrassés. Partout!? La réponse était non !

La lumière a commencé à faiblir, le temps s’est dégradé, le vent s’est levé, les embruns sont devenus de plus en plus violents et en plus nous avions froid et trempés. Nous sommes rapidement descendus en rappel et sommes retournés à la réserve de skis. J’ai commencé à m’effondrer physiquement et mentalement, heureusement, Fede se sentait fort et m’a aidé à régler le matériel. Nous chaussons nos skis et partons. Évidemment, dans la tempête et l’obscurité, nous ne parvenions pas à savoir comment quitter la montagne, heureusement même si nous avions préparé les traces GPS. Federico m’a guidé comme un parfait copilote de rallye, incroyable. Aller à droite! Maintenant, c’est parti ! Quelques degrés de plus dans l’autre sens ! Je n’arrêtais pas de me demander quand ces souffrances prendraient un jour fin.

A 19h00 nous atteignons enfin le refuge Stoppani. Sara, la très gentille serveuse qui avait déjà fini son travail et était sur le point d’aller se coucher, nous a accueillis. Nous sommes allés boire devant la cheminée et pendant que Federico discutait avec les autres invités, j’ai fait une petite sieste en espérant que le l’épuisement et les nausées disparaîtraient. Au bout d’une heure je me sentais décidément mieux, aaaah c’est plutôt ça !

De là, nous nous sommes lancés dans une bonne demi-heure de ski sur les pistes dans l’obscurité totale, en nous appuyant sur notre bien-aimée trace GPS pour nous guider tout au long de la nuit. Et puis tout d’un coup, nous nous sommes retrouvés avec des skieurs très ivres à l’Apres Ski de Madonna di Campiglio. Maintenant, nous pouvons enfin le dire à haute voix : nous l’avons fait !!!

J’avais envie de pleurer de joie. Je n’aurais jamais pensé que mon premier itinéraire serait ainsi, et même pour Fede, c’était le premier itinéraire de ce genre. C’était peut-être un projet quelque peu ambitieux et imprudent, mais heureusement, il s’est bien déroulé. Après tout, nous étions en montagne et c’est ce qui nous anime avec tant de passion. Fede et moi ne pouvons que remercier Mère Nature pour ce qu’elle nous a donné. Quel privilège.

par Enrico Lovato

Lien : Instagram Enrico LovatoInstagram Federico Asciolla

Cima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - Le topo de 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner dans les Dolomites de Brenta (Federico Asciolla, Enrico Lovato 05/01/2024)Cima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : la face NE de Cima Falkner en arrière-planCima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Le Cygne Noir' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : Federico Asciolla terrain d'escalade 1Cima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : Enrico 'Cobra' Lovato terrain d'escalade 2Cima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : glace délicate sur le terrain 2Cima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : Federico Asciolla sortant du ravin sur le terrain 3Cima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : le troisième relaisCima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : Enrico 'Cobra' Lovato terrain d'escalade 4Cima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : le quatrième relaisCima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'The Black Swan' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : emplacement 5Cima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner (Brenta Dolomites) : le cinquième relaisCima Falkner, Brenta Dolomites, Federico Asciolla, Enrico Lovato - Enrico Lovato et Federico Asciolla réalisent la première ascension de 'Il Cigno Nero' sur Cima Falkner dans les Dolomites de Brenta le 01/05/2024

Laisser un commentaire

vingt + 1 =