Il veut grimper au camp de base de l’Everest… en fauteuil

Scott Doolan veut monter jusqu'au camp de base de l'Everest en fauteuil roulant.

Scott Doolan, 28 ans, s’est lancé ce vendredi à l’assaut du versant sud de l’Everest. L’australien veut devenir le premier paraplégique à atteindre sans aide le fameux EBC (Everest Base Camp), situé à 5 364 mètres d’altitude.

Handicapé depuis l’âge de 17 ans, Scott Doolan ambitionne de devenir le premier paraplégique à atteindre un camp de base de l’Everest sans assistance. Son trek devra donc être effectué uniquement à la force des mains.

Il utilise un fauteuil conçu spécialement pour cette aventure, avec des roues tout-terrain. De quoi lui permettre d’emprunter des sentiers où de fait, le passage est possible. Et quand le passage en fauteuil ne sera pas possible, il utilisera ses mains et Matt Laycock, un des ses amis, lui portera les jambes. « Je vais sortir de mon fauteuil et mon ami Matt va me tenir en me prenant par les chevilles, et je vais en fait marcher sur mes mains », explique l’Australien.

16 à 20 jours de périple

Le parcours depuis le village de Lukla, départ du trek, jusqu’au camp de base de l’Everest est jonché d’escaliers, de pentes très raides, de rochers et de racines. Il est donc fort possible que le jeune homme soit bien plus souvent en dehors de son fauteuil qu’il ne le pense.

La piste suit une ancienne route de commerce qui reliait naguère le Tibet au Népal. Les grimpeurs y escaladent des rochers parfois dans la neige ou la boue, à une altitude où l’oxygène se raréfie. Chaque année, environ 5.000 personnes effectuent ce trek, en mettant huit à dix jours.

Le grimpeur paraplégique s’attend à avoir besoin du double de temps pour arriver au sommet.

Faire face au mal des montagnes

Au delà de la difficulté technique, Scott Doolan est anxieux à propos d’un autre facteur : le mal des montagnes. Scott Doolan s’entraîne depuis huit mois avec des exercices cardiovasculaires et musculaires. Il a aussi passé du temps sur les sentiers des Montagnes bleues en Australie, en portant un masque qui limite l’apport d’oxygène, pour se mettre dans les conditions qui l’attendent dans les montagnes de l’Himalaya.

Le coût du trek s’élève à environ 44.000 euros, dont 9.500 euros pour le fauteuil roulant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.