JO d’hiver-Annecy 2018 : La montagne, le réchauffement climatique et le sparadrap

C’est la nouvelle marotte française. Le développement durable est tellement à la mode, qu’il a même envahi la sphère olympique. Ce mercredi, l’entrepreneur Charles Beigbeder et son bras droit, l’ancien slalomeur Jean-Pierre Vidal (champion olympique en 2002) sont à Lausanne pour défendre la candidature d’Annecy aux JO de 2018. Dernier grand oral avant le vote final de Durban, le 6 juillet. Leur pitch : des jeux durables, fondateurs de la montagne de demain, à la fois plus sportive et plus respectueuse de son environnement. Tout ça, rien de moins.
…..
Face à ces grosses machineries capables de réaliser des jeux sur mesure en créant des stations ex nihilo, Annecy a cherché à se démarquer en mettant en avant les valeurs d’ ‘authenticité’ et de ‘durabilité’. L’authenticité, c’est la ‘carte postale’ haute-savoyarde : le lac, les stations-villages des Aravis (Le Grand-Bornand, La Clusaz) pour les épreuves nordiques, et la vallée mythique du Mont-Blanc pour le ski alpin.
……
Pour ce faire, la candidature souhaite privilégier la filière bois, recourir exclusivement aux énergies renouvelables (hydroélectrique), et imposer le reblochon AOC à la table des athlètes (sic), histoire de favoriser les circuits courts.

En savoir plus…..

 

Laisser un commentaire

11 − 9 =