La Chronique de JPB : ”Réssurectionniaste : une passion d’avenir”

Gère Mène  m’a traîné ce soir dans un magasin de vieilles choses.


Résultat?


J’ai maintenant une machine à ramer haut de gamme qui gît dans le salon. Heureusement, elle était donnée ou presque.


Non! Pas Gère Mène… la machine à ramer.


 


Un grimpeur et photographe bien connu me suggéraient la semaine dernière de me mettre au modélisme, la voile en particulier.


Gère Mène m’a mis aux galères en espérant me remonter le moral! Quand je ne fais rien, je déprime et ma santé physique en subit les contrecoups. Et avec la hausse des taxes, frais et impôts, je stresse juste à penser au gouvernement.


 


Pour me venger, j’ai décidé que je n’achèterais plus rien ici. Pour les guérir du vampirisme fiscal, je vais tout acheter sur Ebay ou aux USA . Quant aux travaux de rénovation, devinez qui va les faire ? Non, il n’y aura pas de TVA à payer !


 


Et pour débuter le bal, je me suis fait venir, en direct de Denver au Colorado, des skis Atomic de descente enregistrés FIS. Des 212 cm ! Neufs, dans le plastique de l’usine.


Le prix ?


 $168 , livraison incluse…


C’est pour dire comment on peut se faire arnaquer.


 


Et pourquoi des 212 cm de descente? Montés avec des fixations de télémark?


 


Tout simplement parce que ces dernières semaines j’ai eu des commentaires désobligeants ou tout simplement teintés d’ignorance quant aux skieurs d’autrefois.


Émile Allais et Jean Claude Killy skiaient comme ‘’des boudins”. Les skis paraboliques ont toujours existé et on va maintenant plus vite. Le Kilomètre Lancé est bien entendu inconnu en ces temps éclairés. Tout comme la descente du Mt Washington, la Inferno Race, lancée en 1933 : 4000+ pieds de vertical dont un mur de 800 pieds à 45 degrés. Le record de 1939 est de 6 minutes et 29 secondes…


 


 


 


 


 


 


Je fais rire de moi car je skie à la largeur de mes hanches alors que maintenant on doit skier à la largeur des épaules! Comment je pourrais faire ça sans avoir l’air d’un lutteur de sumo est inconcevable pour mon maigre intellect.


 


Alors je me rebelle!


Je vais skier en alpin avec des fixations de télémark et des skis de downhill.


Je vais faire pas plus d’un virage ou deux par descente mais ils ne me verront pas passer tellement ça va être vite.


Ça devrait les calmer….


L’arrogance de la jeunesse !


 


Remarquez, c’est la même chose en escalade.


On oublie trop souvent les difficultés rencontrées par nos prédécesseurs.


Nos efforts en 9a ( pas moi, bien entendu ) et toutes ces voies en 6b dans une SAE nous font oublier que nous sommes des nains hissés sur les épaules de géants.


 


Et que ces géants n’avaient pas de points scellés ni de matériel décent. Qu’ils n’avaient pas Facebook ou Twitter pour faire leur publicité. Que la montagne était bien souvent cruelle.


Nous perdons notre histoire. Elle ne survit que dans quelques livres spécialisés que plus personne ne feuillette. Obnubilés par les Sharmas de ce monde, on en vient à perdre ses repères. Que sont les 9a de ce monde comparé à la première de la Walker en 1938?


Vous ai-je mentionné que j’ai visité, à Lecco, l’été dernier, l’exposition sur Cassin? Que j’ai parlé avec sa petite fille? Et que si j’avais été moins idiot, je serais allé le voir en mai lors de mon premier passage dans sa ville alors qu’il était encore vivant?


 


On oublie vite n’est-ce pas?


 


Vous saviez que le Canigou a été grimpé pour la première fois en 1280 par Pierre III d’Aragon? A-t-il été au sommet? Peut être…


Mais il est certainement monté à 500 m du sommet. Et il est redescendu, vivant…


 


Tous n’ont pas cette chance.


 


J’ai reçu un texte pour Eroscalade 2010.


Un texte d’Aurore Delahaye.


Éliane en est le titre.


 


Aurore et son mari François ont dévissé du Canigou il y a quelques semaines………


 


 


J’appréciais beaucoup Aurore qui était une C2C-iste et une passionnée du Canigou.


Elle m’avait offert d’y aller avec moi lors de mon prochain voyage en France.


Je lui ai expliqué que je ne fais plus d’alpinisme depuis longtemps et que de toute façon elle devait être trop légère pour m’assurer.


Elle avait un plume incroyable et aurait pu en vivre.


 


Que faire?


Pour le concours??


 


Et bien je vais offrir le texte d’Aurore à tous comme lecture hors concours.


Il est excellent et j’aimerais bien qu’on puisse le garder en quelque part en mémoire, pour ne pas oublier. Vous savez, comme tous ceux qui avaient la passion et qui sont passés avant nous …


C’est la première fois qu’une telle chose m’arrive et, bien que blindé face à la mort – la mienne comme celle des autres – j’ai horreur des disparitions et de l’oubli. On est réellement mort que lorsque plus personne ne pense à nous!


 


Si quelqu’un a une idée pour faire vivre son texte à jamais, qu’il me le fasse savoir.


Pour le moment, vous pouvez le lire sur votre site web favori.


 


La montagne est une maîtresse cruelle.


Mais qu’est l’existence sans l’amour d’une maîtresse?


Une vie sans passion???


 


 


 

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.