La fonte des glaces a triplé en dix ans en Antarctique

Les glaciers de l’Antarctique ont fondu de l’équivalent d’un mont Everest tous les deux ans au cours des 21 dernières années et le rythme s’accélère, montre une étude américaine.

La fonte des glaciers dans la région occidentale de l’Antarctique, où elle est la plus forte, a vu son rythme tripler lors de la dernière décennie. Les glaciers dans l’échancrure de la mer d’Amundsen fondent en effet plus rapidement que partout ailleurs sur ce continent et ce sont eux qui causent la plus grande contribution à la montée du niveau des océans, rappellent des chercheurs de l’Université de Californie à Irvin et au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa qui publient mardi une étude portant sur les 21 dernières années.

Cette étude est la première à évaluer et à réconcilier les observations faites à partir de quatre techniques de mesure de la fonte de ces glaciers et permet de produire une estimation du volume et du rythme de perte de glace sur deux décennies, expliquent ces scientifiques dont les travaux paraîtront dans la revue « Geophysical Research Letters » datée du 5 décembre. « La perte de masse de ces glaciers s’accélère à un rythme surprenant », souligne Isabella Velicogna, une scientifique de l’Université de Californie à Irvin (UCI) et au JPL, co-auteur de la recherche.

« Des études précédentes suggéraient que cette région de l’ouest de l’Antarctique change très rapidement depuis les années 1990 et nous avons voulu voir comment les différentes techniques mesuraient ce changement », ajoute Tyler Sutterley, de l’UCI, le principal auteur. « Le fait que les quatre techniques produisent les mêmes résultats conforte notre confiance dans l’exactitude des mesures », souligne-t-il. Il s’agit de mesures effectuées par des satellites et des radars de la Nasa et de l’ESA, l’agence spatiale européenne, ainsi qu’avec le modèle de climat atmosphérique de l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas.

Deux recherches publiées en mai dernier ont conclu en effet que la fonte des grands glaciers de l’ouest de l’Antarctique, qui contiennent assez d’eau pour faire monter les océans d’au moins un mètre , s’accélère sous l’effet du réchauffement et paraît irréversible.

Lire l’article

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.