La haute montagne, au-delà du handicap mental

Depuis plus de dix ans, l’association Alti-rèv, à Voiron, propose à des adultes en situation de handicap mental ou atteints de troubles psychologiques des sorties montagne et haute montagne. Durant l’année, six sportifs et six accompagnants pratiquent régulièrement l’escalade, la randonnée et la cascade de glace. Plusieurs fois dans l’année, ils vont également faire de l’alpinisme en haute montagne. Tous les deux à trois ans, ils se lancent sur des projets encore plus audacieux.

« On a montré que c’est possible »

En effet, depuis la formation de l’association, les alpinistes se sont déjà rendus en Suisse, au Maroc et au Népal pour atteindre les plus hauts sommets du monde. Car l’objectif premier de l’association est d’emmener ces personnes en haute montagne. Une véritable expérience humaine. « Quand on arrive à la salle d’escalade, notamment avec l’un de nos sportifs atteints de trisomie 21, forcément il y a des regards. Mais les gens s’habituent vite et ne voient plus le handicap », explique Alain Poissenot, président de l’association. Désormais, l’équipe souhaiterait se mesurer aux volcans de la Réunion mais le manque de budget freine cet objectif.

Lire l’article

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.