La mort en montagne, un sujet vraiment tabou?

Colette Gaudin, infirmière en santé communautaire, fille et soeur de guides de montagne, propose de sortir ‘du tabou particulier lié aux morts en montagne’. A ses yeux, en montagne plus qu’ailleurs, le silence qui accompagne ceux qui s’en vont est assourdissant. Samedi à Arolla, elle organise une rencontre pour en parler librement.

Quand la mort frappe en montagne, les tentatives d’explications pleuvent. Quel était le degré de danger? La pente était-elle adaptée? Disposaient-ils des connaissances nécessaires? Quid de l’équipement? Mais après le temps des questions et des statistiques, suit le plus souvent un très lourd silence. ‘La montagne est un monde où on parle peu. Et ces questions qui se changent parfois en jugements sont un fardeau très lourd à porter pour les proches qui se retrouvent très vite dans la solitude’, explique Colette Gaudin, infirmière en santé communautaire et fille et soeur de guides de montagne. Ce samedi lors des rencontres internationales du livre de montagne à Arolla, elle propose une rencontre pour sortir du silence et parler librement des morts en montagne, sans leçon à donner. ‘Pour redéfinir la valeur et le respect de la vie en montagne dans une ère de la montagne comme produit touristique où la mort est bannie.’

Plus d’infos

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.