L’ambassadeur de Ferrino, Andrea Lanfri, atteint à deux reprises le sommet de l’Aconcagua

L’alpiniste italien multi-amputé et ambassadeur Ferrino Andrea Lanfri a atteint à deux reprises le sommet de l’Aconcagua, à 6962 m, la plus haute montagne d’Amérique du Sud.

Le 16 janvier, l’alpiniste italien multi-amputé a gravi pour la première fois la plus haute montagne d’Amérique du Sud, mais n’a pas pu prendre de photos du sommet. Six jours plus tard, le 22 janvier, il a répété l’ascension, montant seul en 9 heures depuis le camp 2 et capturant son succès avec de magnifiques photos à côté de la croix du sommet. Le 22 janvier 2015, Andrea Lanfri a été frappée par une méningite avec septicémie à méningocoque. Il entame un combat médical qui se terminera finalement par la perte des deux jambes et de sept doigts, mais qui marquera également le début de sa nouvelle vie. Une vie au cours de laquelle la passion du sport et de l’alpinisme l’a amené à gravir le Mont Blanc et bien d’autres grandes montagnes – jusqu’à ce que, le 13 mai 2022, il devienne le premier athlète multi-amputé à atteindre le sommet de l’Everest. Le 22 janvier dernier, exactement 8 ans après cet événement dramatique et décisif, Andrea a de nouveau levé les bras en signe de victoire sur l’un des plus hauts sommets du monde : l’Aconcagua, avec ses 6 962 mètres, est considéré comme le toit de l’Amérique du Sud. Il s’agissait en fait d’une double ascension. En effet, le 16 janvier, après avoir atteint le camp 3 le long de la Ruta Normal de Los Pioneros, l’itinéraire le plus connu et le plus fréquenté de la montagne, Lanfri s’est mis en route vers le sommet. Cependant, son équipe a perdu le contact avec lui car le signal de son navigateur satellite est resté stationnaire à une altitude de 6 745 mètres pendant 7 longues heures.  »
J’avais négligemment mis le navigateur dans la poche supérieure de mon sac à dos et j’ai dû le perdre. »
dit l’alpiniste italien.
« Je suis arrivé au sommet et il faisait incroyablement froid, à tel point que j’ai eu de légères engelures aux mains, ce qui ne m’a pas permis de prendre des photos. »

Une fois de retour au camp de base, Andrea n’avait aucun doute :
 » La météo pour les jours suivants était toujours bonne, j’ai donc décidé de remonter, et cette fois de prendre des photos pour prouver que j’avais atteint le sommet. Je ne voulais pas qu’il y ait de doute sur cette ascension si belle. belle et importante pour moi. »

Ainsi, après avoir récupéré quelques jours d’énergie, le samedi 21 janvier, Lanfri a pris son sac à dos et est reparti, atteignant le camp 2 à environ 5 600 mètres, après avoir conquis 1 200 mètres de dénivelé positif en une journée. Le lendemain à 3 heures du matin, il reprend l’ascension directement vers le sommet :
« Il m’a fallu 9 heures pour parcourir ces derniers 1 600 mètres d’altitude, et enfin prendre quelques photos à côté de la croix sommitale. Puis je suis redescendu, mettant encore 5 heures au camp 2. J’y ai passé la nuit, et je suis revenu au camp. camp de base le lendemain. »

« C’était un défi particulièrement exigeant pour moi, car je l’ai réalisé seul et en toute autonomie »,
commente Andréa.
« Je suis un solitaire de nature. J’aime m’entraîner seul et je n’ai pas de partenaire régulier en montagne. J’ai déjà grimpé sans compagnon avec moi, mais c’était la première fois que je faisais face à une expédition à des altitudes extrêmement élevées. altitudes par moi-même. J’ai utilisé les services logistiques proposés par une agence du camp de base, mais à partir de ce moment-là, j’ai voulu tout faire de manière autonome : transporter mon matériel et ma nourriture, monter les camps, préparer les repas, etc. C’était difficile à transporter tout monter, mais encore plus dur de le redescendre : je suis descendu avec un sac à dos gargantuesque sur les épaules ! C’était difficile, très difficile, mais je suis vraiment heureux maintenant : j’ai fait cette expédition tout seul, et c’est une immense satisfaction ! »

Ayant atteint le sommet de l’Aconcagua, Lanfri est sur le point de réaliser son plus grand rêve : gravir les Sept Sommets, les plus hauts sommets des sept continents. Il a déjà à son actif le mont Everest (8 848 m) pour l’Asie, le Kilimandjaro (5 895 m) pour l’Afrique et désormais aussi l’Aconcagua pour l’Amérique du Sud. Il lui faut désormais gravir le mont Elbrouz (5 642 m) pour l’Europe, le mont Vinson (4 892 m) pour l’Antarctique, le Puncak Jaya (4 884 m) pour l’Océanie et le Denali (6 194 m) pour l’Amérique du Nord.

« Le prochain sommet de mon programme est l’Elbrouz, que j’ai l’intention de gravir avec ma petite amie dans les mois à venir »,
Andrea révèle.
« Ensuite, nous verrons… À la fin de l’année, j’aimerais gravir le Puncak Jaya, puis le mont Vinson et le Denali. L’expédition à Puncak Jaya sera probablement la plus complexe à organiser logistiquement, mais le plus grand défi d’alpinisme sera être Denali ».

« Comme toujours –
il conclut
– Je tiens à remercier Ferrino pour son soutien et pour l’excellent matériel qu’il a mis à ma disposition. Les matelas AIR-LITE et SUPERLITE ainsi que le sac de couchage MYSTIC se sont révélés précieux face aux basses températures auxquelles j’ai fait face. Même le sac à dos XMT 60 a fait un travail remarquable, notamment pour répartir le poids que je portais sur le dos lors de la descente. Mais ce que je dois vraiment féliciter avec une note de 10+, c’est la tente BLIZZARD 2, qui est très légère et rapide à monter, même seule et avec le vent fort des camps en altitude. Il est resté plusieurs jours au camp 2 sans subir aucun dommage. Incroyable! »

Info: www.ferrino.it

Laisser un commentaire

dix-neuf − trois =