L’ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver

L’ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver. Il s’agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.

Alex Txikon l’a fait ! Le 6 janvier, l’alpiniste basque, ambassadeur de Ferrino, a réalisé son rêve de longue date, atteignant, sans utiliser de bouteilles d’oxygène, le sommet du Manaslu de 8,163 mètres, en compagnie des alpinistes népalais Tenjen Lama Sherpa, Pasang Nurbu Sherpa, Mingtemba Sherpa, Chhepal Sherpa. , Pemba Tasi Sherpa et Gyalu Sherpa. C’était la deuxième ascension de la montagne pendant la saison la plus froide. La première avait été réalisée en janvier 1984 par l’équipe d’escalade polonaise composée de Maciej Berbeka et Ryszard Gajewski, qui avait cependant commencé ses opérations sur la montagne à la fin de l’automne. Celle de Txikon et de ses compagnons fut cependant la première ascension réalisée entièrement en hiver. Alex était déjà entré dans l’histoire de l’alpinisme himalayen en 2016, lorsque, encordé avec l’Italien Simone Moro et le Pakistanais Ali Sadpara, il fut le premier à atteindre le sommet du Nanga Parbat en hiver. Depuis, il avait tenté à deux reprises sans succès l’ascension du Manaslu, exploit qu’il a réussi cette année grâce en partie à un changement de stratégie, qui a permis aux alpinistes d’arriver au Manaslu déjà acclimatés à la très haute altitude et prêts à profiter de la première opportunité favorable. Fin décembre, l’équipe a installé son camp de base à 5 000 mètres d’altitude et, en regardant les prévisions météorologiques, elle a découvert que dans les derniers jours de l’année, le vent serait fort, mais qu’ensuite le temps commencerait à se stabiliser.

Alex Txikon raconte :

«C’était l’opportunité que nous attendions. Alors le 4 janvier, nous avons pris le matériel nécessaire et sommes montés directement au camp 2, à 6 400 mètres. Nous avons grimpé environ 1 500 mètres et la montée a été très dure à cause du vent, du froid et de tout le poids que nous avions sur les épaules ».

Ici, Simone Moro, qui faisait partie du groupe, a dû abandonner à cause de problèmes de santé et est retourné seul au camp de base. Les autres grimpeurs ont continué rapidement, atteignant le C3 le 5 janvier, installé juste en dessous de 7 000 mètres. Alex raconte :

« Quand nous sommes arrivés chez C3, nous avons réfléchi à la stratégie à suivre. Il fallait décider s’il fallait se reposer ou attaquer directement le sommet. Ce n’était pas une décision facile, car il était très tard et à ces altitudes, en hiver, plus on passe de temps dehors la nuit, plus on court le risque d’engelures. Mais nous étions là et les conditions météo étaient bonnes. C’était notre opportunité et nous devions en profiter ».

A 23 heures, après même pas une heure de repos, Txikon et ses compagnons népalais repartent vers le sommet, qu’ils atteignent à 9h30 le 6 janvier :

« C’était une montée très longue et sans fin ! Lorsque nous atteignons le sommet, à 7 992 mètres, avant le sommet principal, il fait déjà jour. Nous avons vu l’endroit où s’arrêtent les expéditions commerciales, mais grâce aux photos analysées avant l’ascension, nous savions que le véritable sommet se trouvait un peu plus loin, au-delà d’une courte crête. Le sommet du Manaslu est très étroit et nous ne pourrions pas tous y entrer en même temps. Nous avons grimpé et descendu la crête un par un, et finalement tous les grimpeurs du groupe ont atteint le sommet. Ensuite, nous avons commencé la descente, ce qui était sans aucun doute la partie la plus difficile du défi. A 18h, nous arrivons tous au camp de base : dévastés !

Txikon et ses compagnons ont réalisé l’ascension et la descente en moins de 60 heures, un temps record pour gravir un sommet de 8 000 mètres en hiver, et ce malgré les énormes difficultés qu’ils ont rencontrées : « Ce fut l’une des expériences les plus dures et les plus dangereuses de mon parcours professionnel. carrière et a nécessité une force physique et mentale incroyable », explique le grimpeur basque.

« Surtout dans la première partie, la montagne était dans un état pire que ce que je pensais. Les températures sont tombées à -45º et les rafales de vent ont atteint 50 km/h. Il est difficile pour les gens de se faire une idée de ces conditions : même l’eau dans les gourdes que nous portions entre la poitrine et la combinaison était glaciale, ce qui ne m’était jamais arrivé auparavant !

En conclusion de ses commentaires sur l’ascension, Alex insiste sur l’importance de l’expédition pionnière polonaise de 1984 :
«Ils avaient un énorme mérite. Respect maximum pour ces grimpeurs ! Même s’ils ont commencé l’expédition en automne, alors que la nôtre s’est déroulée entièrement en hiver, il est clair que nous avions du matériel et des informations qu’ils ne pouvaient pas avoir ».

Dans cette entreprise historique, Ferrino était aux côtés d’Alex Txikon et de ses compagnons, fournissant les tentes modèles Colle Sud, utilisées au camp de base, et les tentes d’altitude Snowbound 3 pour les camps d’altitude. Deux produits phares de la ligne HighLab de Ferrino qui, grâce à un travail constant de recherche, de tests et de développement, garantissent une amélioration continue des équipements, en optimisant leurs performances extrêmement élevées même dans les conditions hivernales himalayennes, avec des vents très forts, des chutes de neige intenses et des températures de plusieurs degrés. en dessous de zéro, comme le montrent les images de l’exploit d’Alex. Les sacs à dos utilisés par Alex pour l’expédition sont ceux de la ligne Instinct, ultralégers et composés de tissu composite Dyneema®, de nylon Cordura® et de renforts SuperFabric® pour garantir un rapport optimal entre résistance et légèreté. Indispensables dans tous les domaines mais complets avec tout type d’équipement d’alpinisme, ce sont de véritables polyvalents pour la montagne.

« Nous sommes vraiment fiers d’avoir contribué à cette ascension importante, dont le protagoniste est notre ambassadeur Alex Txikon – commente Anna Ferrino, PDG de Ferrino – Un grimpeur qui a démontré une fois de plus qu’il avait le talent et l’audace des grands protagonistes de l’histoire de l’alpinisme, en imaginant des aventures qui savent encore faire rêver et en les réalisant dans le respect des normes techniques et du style léger et épuré qui caractérisent la frontière de cette discipline ».

Info: www.ferrino.it

L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver - L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver.  Il s'agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver - L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver.  Il s'agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver - L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver.  Il s'agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver - L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver.  Il s'agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver - L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver.  Il s'agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver - L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver.  Il s'agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver - L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver.  Il s'agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver - L'ambassadeur Ferrino Alex Txikon au sommet du Manaslu en hiver.  Il s'agit de la première ascension entièrement réalisée en hiver.

Laisser un commentaire

quatorze − quatorze =