L’aventurier valaisan Jean Troillet a honte de ‘ce qui se passe à l’Everest’


Trente ans après avoir gravi la face nord de l’Everest avec Erhard Loretan en 43 heures aller-retour, l’alpiniste et guide suisse Jean Troillet a évoqué mercredi pour la RTS ses exploits sportifs et son approche de la montagne.

Interrogé dans le Journal du matin sur son opinion à propos des expéditions commerciales à l’Everest, avec oxygène, cordes fixes et sherpas, le Valaisan n’a pas caché sa gêne. ‘Ce qui se passe à l’Everest, j’en ai un peu honte’, a-t-il confié.

‘On est peut-être un peu responsable parce qu’on a ramené de belles images’, s’interroge Jean Troillet. ‘Maintenant, les gens veulent y aller, à n’importe quel moment et dans n’importe quelles conditions’.

A lire (et écouter)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.