Le camp de l’explorateur Nicolas Vanier visé par une fermeture administrative

Le camp de l’explorateur vedette Nicolas Vanier, abritant de nombreux chiens de traîneaux à Vassieux-en-Vercors (Drôme) et en proie à de nombreuses difficultés après des attaques de brebis, est sous le coup d’un arrêté de fermeture administrative, a-t-on appris lundi auprès de la préfecture.

Depuis son installation en 2011, le camp, qui proposait des activités nature avec des chiens de traîneaux, a fait l’objet de nombreux signalements d’éleveurs et de riverains. Les pensionnaires ont tué et blessé des brebis et des agneaux.

……..

En savoir plus

La version Nicolas Vanier

La fin d’une aventure …

Le Camp qui porte mon nom va fermer ses portes. Cette décision douloureuse était inévitable.

Je n’ai jamais dirigé cette structure auquel j’ai apporté mon âme, celle de mes voyages, à qui j’ai donné une vision avec le rêve d’en faire un lieu d’échanges, où je voulais que nous transmettions notre amour des chiens et de la nature.

Ceux qui se sont succédé à la direction de ce Camp étaient, comme moi, des passionnés, de chiens, de chevaux, de nature mais pas des gestionnaires.

Pendant cinq ans, le Camp n’a fait que perdre de l’argent, tout en offrant à ceux qui nous faisait l’amitié de venir nous voir du rêve, ce qui était une sorte de contrepartie au temps, à l’énergie, à tout l’argent que nous avons mis dans cette structure pour tenter de la faire vivre et durer.

En savoir plus……

La polémique existe depuis l’ouverture

Avant même son installation, la légalité de ce camp a été remise en cause. Son inauguration par la ministre de l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet en février 2011 a fait polémiq

Privilèges en campement illicite : les chiens de Nicolas Vannier mieux logés que nous…

Laisser un commentaire

dix + dix-neuf =