Le Grand Bivouac dévoile son thème 2011

« Mondes turbulents, voyageurs magnifiques » : tel sera le thème principal de la 10ème édition du festival du voyage et des découvertes partagées qui affiche désormais chaque année à Albertville (Savoie) plus de 20.000 entrées en trois jours.

« Les événements de ces dernières semaines dans le monde – voire de ces derniers jours –nous y invitent plus que jamais : on ne peut absolument pas dissocier le voyage, le rêve, l’imaginaire, la découverte de la planète de leur actualité… ». Pour les organisateurs du Grand Bivouac festival du voyage et des découvertes partagées, cela fait dix ans que leur démarche se nourrit de cette conviction : voyager, c’est d’abord partir à la découverte de l’Autre, dans son humanité et donc, sa réalité, heureuse ou tragique.

Aussi, après s’être intéressé, ces derniers années, aux peuples « des bouts du monde », « des fleuves et des grands lacs » ou encore en 2010, à la Route de la Soie dans toute son actualité, en présence de Rebiya Kadeer, présidente du congrès mondial ouïghour, le Grand Bivouac 2011 partira sur les traces de ces « voyageurs magnifiques » (*) qui, de Jack London à Alexandra David-Néel, Ella Maillart, Henry de Monfreid, Théodore Monod ou Nicolas Bouvier ont donné accès à des horizons et des lieux alors inexplorés : Grand Nord, Mer Rouge, déserts de Gobi, du Sahara ou d’Atacama, montagnes d’Himalaya. « Par leurs témoignages et leurs récits, ils nous ont ouvert les portes de la découverte, de la connaissance, expliquent les organisateurs. Et d’autres témoins s’attachent aujourd’hui à poursuivre l’aventure. Nous leur donnerons la parole, car dans les bouleversements en cours,  le monde reste à découvrir, plus que jamais. Et chacun d’entre nous peut être, à son tour, pionnier et passeur… ».

Dans la programmation 2011 – du 20 au 23 octobre prochains – au-delà de l’hommage rendu aux pionniers du voyage et de la découverte, plus d’une trentaine d’invités raconteront ainsi à la fois avec enthousiasme, passion et lucidité, « le monde tel qu’il est ». Un embarquement pour trois jours d’itinérance qui n’oubliera certainement pas d’aborder les côtes des pays arabes désormais en quête de liberté…

(*) En hommage au roman d’Yves Simon (1987, Editions Grasset)

Laisser un commentaire

8 + dix-neuf =