Le nouveau projet de Mike Horn, What’s Left, pour observer le changement climatique

L’ambassadeur Ferrino, Mike Horn, a commencé sa nouvelle aventure : quatre années de navigation dans les environnements les plus reculés de la planète pour découvrir et rendre compte des signes du changement climatique.

Il s’appelle « What’s Left », le grand nouveau projet de Mike Horn, véritable légende de l’exploration et ambassadeur de longue date de Ferrino, qui, avec son voilier Pangaea, touchera tous les continents pour découvrir ce qui reste à explorer et ce qui reste. des endroits sauvages qu’il a visités au cours de sa longue carrière. En plus de 30 ans de carrière, le Sud-Africain Mike Horn est devenu l’un des derniers grands explorateurs, accomplissant des exploits jusqu’alors considérés comme impossibles, comme le tour du monde autour de l’Equateur, réalisé en octobre 2000 sans l’aide de tout véhicule motorisé, ou le tour du monde autour du cercle polaire arctique, commencé en 2002 et réalisé lui aussi sans moteur, ni chiens de traîneau et en totale autonomie, surmontant deux hivers arctiques extrêmement rigoureux. En 2006, Mike, avec son partenaire Børge Ousland, a également été le premier homme à atteindre le pôle Nord à pied pendant la saison la plus froide après 60 jours et 5 heures de marche, et en 2016, il a lancé un projet de tour du monde, touchant à la fois les pôles Nord et Sud. Entre deux traversées importantes, il a également trouvé le temps de se consacrer à l’alpinisme au plus haut niveau, atteignant les sommets de 8 000 mètres du Gasherbrum I et II en 2007. En 2010, il a gravi le Broad Peak, et en 2010 le Makalu, toujours strictement sans l’assistance de sherpas ou l’utilisation de bouteilles d’oxygène. Après une vie d’aventures, à 57 ans, Mike Horn n’est pas encore rassasié de découvertes et de nouveaux défis et, ces dernières semaines, a appareillé de Monaco sur son bateau de 35 mètres Pangea pour lancer son nouveau projet « What’s Left » , un très long voyage de quatre ans, qui le mènera à travers les océans et touchera tous les continents pour partir à la rencontre de milieux encore inexplorés, retrouver les traces de ses précédents voyages et témoigner des effets du changement climatique avec des histoires et images. « Ce voyage représente un résumé de mes expériences passées », dit-il,
 » tout en offrant au public l’opportunité d’observer l’état actuel de notre planète. Pendant quatre ans, je visiterai des lieux emblématiques et intacts, découvrirai ce qui a changé et réaliserai de nombreux exploits qui sont encore dans mon tiroir de rêves. À travers cette aventure, mon objectif est d’inspirer les gens à agir et à poursuivre leurs passions. Chaque destination de l’itinéraire soigneusement élaboré de « What’s Left » mettra en valeur les thèmes étroitement liés de l’aventure et de l’environnement.

Inévitablement, on a demandé à Mike ce qui restait à explorer dans le monde d’aujourd’hui :
« Dans un monde dominé par les satellites et Internet, il existe encore des zones inexplorées qui invitent à l’aventure. Au-delà de nos écrans d’ordinateur et de nos smartphones, les grottes cachées, les océans inconnus et les paysages lointains fascinent toujours les explorateurs. La véritable exploration va au-delà de la dimension d’Internet et le monde virtuel, nourrissant l’esprit humain de curiosité, de découverte et d’incertitude face à de nouvelles aventures ».

La décision de faire le voyage à bord du bateau Pangea n’est pas seulement due à l’amour de Mike pour la voile mais est aussi la confirmation du souci de l’environnement qui l’a toujours conduit à renoncer autant que possible à l’utilisation de véhicules à moteur pour ses entreprises :
« La voile minimise mon empreinte carbone et mon impact sur l’environnement et aligne ma passion pour la mer avec l’objectif de préserver notre planète »,
explique l’explorateur.
« En faisant de la voile mon principal moyen de transport pour me déplacer d’une destination à une autre, je souhaite apporter ma contribution à la durabilité et montrer mon engagement envers nos écosystèmes fragiles. De plus, la voile me permet de m’immerger dans la nature et d’approfondir mon lien avec le monde qui m’entoure, offrant du temps de réflexion et de préparation. Dans le temps que je me suis donné pour accomplir ce voyage, je suis sûr que j’aurai l’occasion de découvrir des changements qui reflètent la nature dynamique de notre planète et montrent les effets de l’activité humaine. activités ».

La première étape du voyage sera le Groenland, où dans les prochains mois, après un voyage difficile à travers les icebergs des mers arctiques, Mike tentera l’ascension exigeante du Gunnbjørn Fjeld, le plus haut sommet de l’île, d’où il est un panorama à 360° de l’une des zones sauvages les plus majestueuses de la planète. Ferrino sera une nouvelle fois aux côtés de Mike Horn dans cette nouvelle aventure, comme cela a été le cas lors de toutes les autres grandes expéditions de l’explorateur sud-africain.

« Mike est le symbole de la passion inépuisable pour la découverte qui anime l’humanité », commente Anna Ferrino, PDG de Ferrino, « un esprit qui s’épanouit dans des expériences uniques et incroyables comme celles qu’il a vécues et continue de vivre, mais aussi dans le de petites aventures dont rêvent et réalisent tous les amateurs de plein air, peut-être à deux pas de chez eux. Nous sommes fiers de contribuer avec notre travail et nos produits à la réalisation de ces magnifiques rêves. Qu’ils soient petits ou grands ».

Info: www.ferrino.it

Laisser un commentaire

10 − 3 =