Le Raid International d’Orientation O’bivwak, trente ans d’histoire.

Le Raid International O’bivwak est né en 1982 du côté du département de la Loire. Et plus précisément dans les Monts du Forez. Il s’appelait alors Raid International d’Orientation – Trophée Francital. En France la course d’orientation balbutiait. A son origine, une poignée de passionnés, Michel Dévrieux, Camille Gintzburger, Annie Combet et Jacques Bosoni soucieux en créant un raid d’orientation ouvert à tous de promouvoir ce sport venu de Scandinavie. Puis pour ses dix ans il fut de retour dans la Loire. Encore et toujours. Car le Raid O’bivwak n’oublie pas ses racines.

 

C’était en 1991 du côté de Saint Anthéme et encore une fois des Monts du Forez. Ce raid devenu grand était alors devenu Raid IGN Francital. Pour ses 20 ans, pour ne pas déroger à la tradition il a remis le cap en direction de son berceau natal. Cette fois-ci, en plein cœur du Massif du Pilat. Au départ du Bessat. Il avait alors pris la dénomination de Raid International d’Orientation IGN Lafuma.

 

En 2007 sous l’impulsion de Chantal Lenfant, Présidente de la Ligue Rhône Alpes de course d’orientation et de Christine Raucoules Directrice de l’épreuve pendant six éditions, Le Raid devient O’bivwak. En juin 2011, il fêtera ses trente ans et retrouvera pour la circonstance les ambiances de ses débuts et ses terres ligériennes (de la Loire) en posant ses balises dans le Pilat rhodanien. Sans nostalgie, mais plutôt avec l’assurance de la maturité.

 

 

Souffler trente bougies dans le Pilat rhodanien. Un monde entre vignes, genêts et forêts.

 

Comme à chaque édition, le Raid O’bivwak inaugurera de nouveaux terrains. Situés aux flancs du Massif du Pilat. A deux pas de Lyon et aux portes de Saint-Etienne. Au pied des chirats, ces étonnants éboulis glaciaires de pierres grises qui couvrent les versants pentus des Crêts, 14 communes forment le Pilat rhodanien (Communauté de communes). Avec en son centre, Pélussin, chef lieu de canton, village de la pomme et centre de course du raid O’bivwak 2011.

 

En faisant escale dans le Pilat rhodanien, le Raid O’bivwak proposera pour ses trente ans un feu d’artifice de contrastes. Au pied du massif, la chaleur du climat méditerranéen, avec ses vignes (Côte-Rôtie, Condrieu), ses arbres fruitiers. Sur les crêts, la rudesse d’un climat presque montagnard, avec leurs conifères, leurs genêts, leurs fougères, leurs landes à bruyères. Une nature, une faune, une flore préservée. Des richesses mises en exergue par un parc naturel régional (avec le hêtre et le sapin, les chirats forment le logo du Parc) qui expérimente le développement durable sous toutes ses formes.

 

 

Trente ans ça se fête.

 

Le succès se construit sur la continuité. Le Raid O’bivwak l’a bien compris en pérennisant une formule qui a fait sa notoriété : courir en  équipe de deux, pendant deux jours avec une halte dans un lieu de bivouac commun à tous et en autonomie complète.

 

Pour autant trente ans ça se fête dignement. Aussi les organisateurs ont prévu quelques surprises et quelques nouveautés. Parmi elles :

 


  • Un cadeau référence.
  • Une surprise collective au bivouac.
  • La Rédaction d’une Charte pour l’environnement qui vient couronner plusieurs années d’effort pour faire du Raid O’bivwak un grand eco-événement sportif durable (Mise en place de navettes, incitation au covoiturage, vaisselle biodégradable pour les 2500 repas concurrents, toilettes sèches, panneaux photovoltaïques pour l’alimentation électrique du bivouac, tri sélectif, parcours établis en concertation avec les gestionnaires d’espace et les associations de protection de la nature).
  • L’organisation du mini raid (trois circuits) le samedi après midi en plus du dimanche matin. Pour encore plus de découverte de la course d’orientation.
  • Sc’Obivwak fête ses trois ans. Cette épreuve entièrement dédiée aux scolaires, née en 2009 dans les Monts d’Ardèche, reconduite avec grand succès l’an passé dans le Vercors drômois, fêtera cette année ses trois ans, comme pour mieux faire écho aux trente ans du Raid O’bivwak.



 

Trente ans pour construire une notoriété.

 

Avec trente ans au compteur, le Raid O’bivwak, fait figure de patriarche dans le monde foisonnant des épreuves outdoor. Le temps de faire le point avant d’entamer une nouvelle existence.

 


  • Trente ans pour asseoir les valeurs du Raid : esprit d’équipe, solidarité, autonomie, découverte de territoires nouveaux.
  • Trente ans de vocation populaire et d’épreuve ouverte aux jeunes et aux femmes : 70 % des concurrents ne sont pas des orienteurs licenciés, plus d’un tiers d’entre eux sont des femmes. Plus de 70 % des concurrents ont entre 18 et 35 ans.
  • Trente ans et plus de 30 000 personnes différentes ayant couru le Raid : plus de 50 % des concurrents se renouvellent chaque année.
  • Trente ans et …. territoires différents découverts : Seules les éditions ….. et ….ont été disputées sur le même site. 
  • Trente ans et un accueil chaleureux jamais démenti des populations et des décideurs locaux.
  • Trente ans pour asseoir la fréquentation du Raid aux alentours de 1000 équipes par édition. Soit plus de 2000 concurrents. Avec un record en 1997, lors de l’édition disputée sur le plateau nordique de la Feclaz – le Revard, avec 1500 équipes.
  • Trente ans et une motivation intacte pour les quelques 120 bénévoles de la Ligue Rhône Alpes de course d’Orientation et de ses clubs, qui organisent le Raid O’bivwak. Cette épreuve a en effet la particularité d’être entièrement organisée par des bénévoles au bénéfice des structures chargées de l’animation de la course d’orientation en Rhône Alpes.
  • Trente ans et plus de 3000 balises posées dans la nature (environ une centaine par édition).

  

Les principes du raid d’orientation


 

Le principe du Raid O’bivwak est simple. Courir en équipe de deux pendant deux jours (deux étapes). Chaque équipe, munie d’une carte spécifique (codes couleurs différents d’une carte IGN) de Course d’Orientation (échelle 1/20000), doit rallier des points de passage obligés (postes) identifiables grâce à des balises oranges et blanches, par l’itinéraire de son choix.

L’équipe qui réalise son parcours dans le temps le plus court remporte l’épreuve. La course s’effectue en autonomie complète et un bivouac géant, obligatoire pour toutes les équipes, accueille les concurrents le soir de la première étape. La seconde étape ramène les participants au point de départ.

 

Le raid d’orientation en équipe c’est :

 

• Comprendre et lire la carte de Course d’Orientation.

• Reporter les postes sur la carte.

• Choisir librement son itinéraire entre chaque poste.

• Éprouver la satisfaction de trouver les balises.

• Partager avec son équipier galères et succès.

 

Rien ne sert de courir vite…il faut courir juste et dans la bonne direction

 

Pour comprendre le déroulement du raid et les principes de la course d’orientation en raid se rapporter

aux rubriques ad hoc du site d’O’bivwak : http://www.obivwak.net

2 réflexions au sujet de “Le Raid International d’Orientation O’bivwak, trente ans d’histoire.”

  1. Bonjour, je viens de lire votre sujet sur l’historique du parcours « Francital » vers « O’biwak » très intéressant.
    J’ai participé à l’édition 1996 ou 1997, donc à l’époque, Francital, et sauh erreur c’était autour de Fond-Romeux ?
    En fait depuis sa naissance cet événement aura été réalisé sur pratiquement tous les les terrains montagneux de France !
    Je viens de participer également aux éditions 2021 et 2022..
    C’était magnifique !
    Malheureusement, je ne pourrai pas être des vôtres pour l’édition 2023 et j’en suis vraiment désolé.
    Merci pour ce que vous faites. Et à très vite.
    Bien à vous. Dominique Poulain

    Répondre

Laisser un commentaire

vingt − 8 =