Le speed-riding, quand le ski devient planant


Le hurlement est un mélange de plaisir et de soulagement. Il faut dire que pour François Bon, la décharge d’adrénaline a été violente. En moins de deux minutes, il est parti du sommet de l’aiguille Rouge, à 3 226 mètres d’altitude, dans la station alpine des Arcs, pour atterrir des centaines de mètres plus bas. A moitié en skiant, à moitié en volant. Et François Bon est plutôt satisfait de son deuxième et dernier run, dans cette quatrième édition du SpeedflyingPro : ‘J’espère que les juges vont apprécier. Ma voile a un peu trop touché le sol en fin de parcours mais j’ai mis beaucoup de power commente, encore essoufflé, celui qui se classera finalement deuxième de la compétition, derrière son pote Antoine Montant.

Lire l’article

Laisser un commentaire

14 − 10 =