Les Étoiles de midi (film de montagne de Marcel Ichac – 1958)

Les Étoiles de midi (“Stars at noon” dans sa version anglaise, “Sterne über dem Montblanc” dans sa version allemande) est un film réalisé et produit en 1958 par le réalisateur de films d’exploration et de montagne français Marcel Ichac, avec Jacques Ertaud pour réalisateur adjoint. Il est considéré comme le grand classique du cinéma de montagne.
Le film a compté dans sa petite équipe parmi les meilleurs alpinistes de sa génération : Lionel Terray, René Desmaison, Michel Vaucher.
La musique a été confiée au grand compositeur de musiques de films Maurice Jarre, qui travaillait ainsi pour son premier long métrage.
Le film a reçu en 1959 le grand prix du cinéma français, qui récompensait, avant d’être détrôné par les Césars, le meilleur film français de l’année.
Les Étoiles de Midi relate plusieurs aventures, réellement vécues, d’alpinistes censés eux-mêmes soit les raconter à leurs compagnons de cordée, soit les vivre tout au long du film.

ad NCV

3 Commentaires

  1. Les acteurs sont des alpinistes légendaires : les revoir et les entendre produit une émotion particulière (surtout quand on a eu la chance de les rencontrer).
    L’action relate en partie des faits historiques qu’ils ont réellement vécus : c’est le seul aspect autobiographique romancé (et passager) qui peut les rapprocher de 2 ou 3 films évocateurs plus récents et très réussis se disant aussi inspirés d’évènements réels ( Nordwand pour le drame de l’Eiger). Toutefois, ici, de l’action, du suspense, de l’émotion, mais pas de mélodrame : c’est l’amour de la montagne…confirmé par les commentaires simples et de circonstance s’intercalant ici et là, sans briser le divertissement apporté aussi par les belles images .
    Beaucoup de vérité…incluant la caméra treuillée par la corde : là, c’est pris sur le vif, sans hélico, sans images rapportées. Il ne manque que Maurice Baquet avec son violoncelle !
    Je suis déçu de ne pas trouver un DVD de ce petit chef d’œuvre primé en 1959…Pourquoi ?

  2. C’est ce film qui m’a fait découvrir la montagne alors que j’avais 12 ans et aucune connaissance de celle-ci, habitant dans l’Yonne alors. Cela s’est concrétisé par un séjour et une découverte de la Vanoise en 1971, un grand merci à Jean Pobelle pour ses (r)enseignements et sa gentillesse. Ensuite, habitant la Haute-Savoie, j’ai pu apprécier pendant 27 ans cet environnement fragile et magique. Ma je n’ai jamais eu l’opportunité de croiser mon homonyme et vaguement parent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.