Les fabricants d’habits de montagne réagissent à l’étude de Greenpeace

L’ONG a récemment tiré la sonnette d’alarme contre une substance contenue dans les textiles techniques. Scientifiques et fabricants sont moins affirmatifs.


La veste que vous portez pour vos randonnées en montagne est imperméable, respirante, et les taches semblent ne pas s’incruster. Alors elle contient sûrement des perfluorocarbures (PFC). Cette famille de substances chimiques a été retrouvée dans plusieurs vêtements testés par Greenpeace. Les PFC permettent au tissu de repousser l’eau, ainsi que les autres liquides tels que l’alcool ou les hydrocarbures. Des propriétés indispensables pour des vêtements capables de vous protéger contre vents, pluie et saleté.


Bien qu’ils n’attaquent pas la peau, les PFC polluent. Lorsque vous mettez votre veste à la machine, ils contaminent l’eau de lavage. «Ces substances finissent donc par se retrouver dans la chaîne alimentaire, explique Françoise Minarro, porte-parole de Greenpeace. On a constaté que les poissons mouraient à proximité des usines textiles!» Andreas Weber, chef de la section produits chimiques et industriels de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), relativise: «Le problème que relève l’ONG est pertinent, mais toutes les substances fluorées ne sont pas toxiques de la même façon.»


En savoir plus….

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.