Les nouveaux défis de la haute montagne

Il y eut l’époque des fous de montagne. Des amoureux qui pouvaient rester plusieurs semaines au pied d’un glacier, s’entraînant pour l’ascension finale. Aujourd’hui, même s’il reste quelques spécimens de la sorte, la société a évolué. Et avec elle, les pratiques et les attentes des alpinistes. Plusieurs facteurs conduisent à l’érosion de l’activité, enregistrée depuis une vingtaine d’années.

La concurrence de nouvelles activités

L’alpinisme a longtemps été la seule activité extrême de montagne. Depuis les années 80, et encore plus la dernière décennie, une foule de sports nouveaux s’est développée. Dans les magasins de location de matériel par exemple, on enregistre depuis quinze ans « une baisse de la proportion d’alpinistes, remplacés par des pratiquants de via ferrata, d’eau vive. Aujourd’hui, les locations de matériel d’alpinisme ne représentent plus que 15 % de notre activité estivale », confie le responsable du magasin Riquet sport, à Briançon.

En savoir plus….

Laisser un commentaire

douze + douze =