Les vautours inquiètent les éleveurs des Pyrénées – Atlantiques

Moribond à la fin des années 70 (16 couples), le vautour a repris son envol sur les cimes pyrénéennes. Un repeuplement qui n’a pas posé de problèmes jusqu’aux directives européennes interdisant le dépôt de carcasses en estives (derniers nourrissages côté français en 1998). Néanmoins, le vautour a pu prospérer grâce aux charniers des éleveurs de porcs industriels espagnols jusqu’en 2006, année où là aussi, cette pratique a cessé.


Depuis, le vautour affamé attaque. Et parfois très loin. Ainsi l’attaque à Coarraze, lundi, en plaine, d’une brebis agnelant était la cinquième de l’année. L’Observatoire de dommages aux bétails, créé par l’IPHB, l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn, a recensé 87 dossiers d’attaques de vautours en 2007, 84 en 2008 et 67 en 2009. Parallèlement, la population de vautours s’est autorégulée. Côté Pyrénées françaises, on est passé de 580 couples en 2005 à 525 en 2007 selon la LPO, la Ligue de protection des oiseaux. Cette baisse s’est poursuivie ces deux dernières années. Pour autant, ces bêtes doivent manger.


En savoir plus….


Voir également :



 


 

Laisser un commentaire

8 + 14 =