L’escalade en crise à Sao Paolo (Brésil)

Sao Paolo est une ville de 18 millions d’habitants.
A la fin des années 90, les salles d’escalade se sont multipliées, accompagnant le développement croissant de cette activité.
C’est à cette époque que Alê Silva, ex. champion brésilien d’escalade, a lancé un nouveau concept de salle, incluant notamment une salle de musculation, dans le quartier de Chácara Santo Antônio.

Avec plus de 600m² de superficie grimpable, des prises importées, un pan Gullich, … cette salle a profondément marqué l’histoire de l’escalade et a révélé de nombreux talents comme André ‘Bele’ Berezoski, Janine Cardoso, Cesar Grosso, etc.

La salle s’est ensuite dotée d’une petite soeur à Perdizes, considérée alors comme la meilleure salle du pays, et qui n’avait rien à envier, bien au contraire, aux salles européennes. Enfin une troisième salle avait vu le jour à Granja Viana entre Cotia et la capitale.

En 2004/2005, la première salle du réseau à fermer fut celle de Granja Viana, à une époque où toutes les autres salles comme Rocódromo et Vertical Indoor cessaient également leurs activités.


Après une première crise fin 2008, qui a vu un réaménagement des horaires après une forte mobilisation des grimpeurs, c’est finalement la fin pour la salle qui avait révolutionné la pratique il y a douze ans. Il ne reste donc plus qu’une seule salle d’escalade à Sao Paolo, celle de Perdizes.

Source

Laisser un commentaire

13 + vingt =