L’importance de la poussière

Sur le sentier vers Namche bazar, automne 2013.

D’où viennent-elles ? Où vont-elles ? Dans quel village vont-elles s’arrêter ? J’ai eu froid cette nuit, que dire d’elles ? Où vont-elles dormir ? Sur quelle paillasse et auprès de quel feux ?

Et moi, que vais-je ramener de mon voyage ? …

Traverser la vie les yeux fermés ?

Le voyage n’est pas un dû ni un but, le voyage ne se monnaye pas, le voyage n’est pas un programme de catalogue. Le voyage est une chance, une caresse, un baiser qui déstabilise, une danse particulière et précieuse. Une image.

Inspirer la vie, enfin donner de l’importance à la poussière.

Le voyage c’est s’arrêter pour voir la main tendue de cette petite fille vers le landeau pendu au front de sa grand-mère. Le voyage c’est se rendre compte que la vie est précieuse dès lors que l’on y accorde de l’importance.

Je les ai croisés sur ce sentier du Népal, elles n’ont pas levé les yeux et pourtant … comment ne pas comprendre que tout est là, dans cette scène débordante d’un amour simple, dense ?

Le voyage m’a eu. Une nouvelle fois tout un pays m’a renversé comme une tempête. Et lorsque je suis revenu à moi, assis au bord de mon océan de principes, d’égoïsmes et de lâchetés, je me suis rendu compte à quel point nous étions loin de la vérité.

Retrouvez plus d’images ici : http://your.mountains.over-blog.com/album-2189838.html

Laisser un commentaire

treize + 18 =