L’itinérance a de beaux jours devant elle…

A l’occasion du Salon Destinations Nature à Paris, la Grande traversée des Alpes et ses partenaires (Fédération Française de la Randonnée, Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne, Syndicat National des Accompagnateurs) ont présenté les résultats de l’enquête menée, l’été dernier, sur les nouveaux contours – et nouveaux enjeux – du tourisme itinérant, plus particulièrement en montagne.

Kairn.com était présent sur cette conférence pour prendre connaissance des résultats et participer au débat

Envie de retour aux sources, soif de paysages préservés, besoin de s’évader d’un environnement trop urbain et de réapprendre à vivre au rythme de la nature, nul besoin de partir au bout du monde : les itinéraires de Grande Randonnée offrent aujourd’hui aux randonneurs un dépaysement de proximité et permettent à chacun de s‘essayer à l’itinérance.

Or, l’itinérance est une pratique touristique qui se découvre tôt, en famille et la montagne… est son lieu privilégié ! Les données issues de l’enquête Versant Sud/ Altimax — réalisée en 2009 pour le compte de la Grande Traversée des Alpes (GTA), la Fédération française de la Randonnée Pédestre (FFRANDONNEE), la Fédération française des Clubs alpins et de montagne (FFCAM) et le Syndicat national des Accompagnateurs en montagne (SNAM) — sont sans ambigüité : plus de 60 % des personnes interrogées ont découvert l’itinérance avant 25 ans et 34 % dans le cadre familial. Et si la campagne et le littoral restent au coude-à-coude pour les seconde et troisième places selon la typologie des pratiquants, la montagne est plébiscitée à plus de 90 % quelles que soient l’origine géographique des personnes interrogées (zone montagne ou hors montagne) et leur affiliation ou non à des fédérations.

Les grands itinéraires de randonnée offrent ainsi un choix immense de destinations en France. Ils représentent désormais un véritable patrimoine, à l’image des itinéraires mythiques menant à Saint Jacques de Compostelle, ou comme le GR®5/Grande Traversée des Alpes, le GR®20 corse, le chemin de Stevenson, la Haute Route pyrénéenne ou le Tour du Mont Blanc. Et ils disposent d’une marge de progression de la fréquentation qualifiée d’« importante »… à condition de lever les freins majeurs à la pratique, en favorisant l’initiation, l’information et la fluidité des offres et des services.’

Photo C.Marjollet/CWN/Kairn.com


 

Laisser un commentaire

quatre + dix-huit =